C’est une rencontre que les promeneurs préféreraient sans aucun doute éviter. Une buse variable a récemment fait son nid à proximité du RAVeL d’Audregnies, dans la commune de Quiévrain. Visiblement peu satisfaite d’être dérangée sur le territoire qu’elle a établi, cette dernière n’hésite pas à repousser celles et ceux qui s’approcheraient un peu trop près du nid. Conséquence, des attaques plus ou moins violentes et des promeneurs désemparés qui ne savent pas comment réagir.

"Certains individus, plus territoriaux que d’autres, peuvent en effet s’attaquer aux personnes qui s’approchent trop près de leur nid. Les joggeurs et les cyclistes sont les plus visés car ils sont perçus comme une plus grande menace", explique-t-on du côté du Parc Naturel des Hauts-Pays, informé de ces attaques répétées. "Les serres de la buse peuvent causer de sérieuses blessures à la tête. Nous recommandons donc vivement de faire attention lors de promenades sur le tronçon Audregnies-Dour."

Il est même conseillé d’éviter les lieux temporairement, plus encore en courant. En général, pour mettre en garde les intrus, l’oiseau commence par des cris et par effectuer des vols piqués, passant ainsi très près de ce qu’elle considère comme un danger. Dans certains cas plus rares, il peut aller jusqu’au contact, entrainant des blessures au niveau de la tête de "sa victime." Un phénomène qui ne s’explique que par une volonté de défendre le nid et les alentours.

La période de reproduction s’étale du printemps au début de l’été. « La buse variable est l’un des rapaces les plus communs en Belgique. Il s’agit d’individus qui sont protégés par la loi sur la conservation de la nature, tout comme leur nid », précise encore le PNHP. Leurs attaques restent rares, au regard du nombre d’individus présents chez nous, mais mieux vaut limiter au maximum les risques et choisir de courir, rouler ou marcher ailleurs quelque temps.