Borinage

D'abord pris en charge à EpiCURA, il avait été transféré vers Ambroise Paré.

Dimanche dernier, Emilio Nieddu atterrissait en Belgique après avoir quitté la Sardaigne. Seul, sans avoir prévenu ses proches ni même prévu un logement, il se rendait à l’hôpital EpiCURA pour recevoir les soins inhérents à sa pathologie, un carcinome spinocellulaire de l’œsophage. Le septuagénaire s’était d’abord rendu à Baudour.

Quelques séries de tests et une nuit de surveillance plus tard, les médecins estimaient qu’une hospitalisation n’était pas indispensable. Face à l’insistance d’Emilio Nieddu, les équipes s’étaient finalement repenchées sur son cas avant d’estimer que sa mutuelle ne prendrait pas en charge cette hospitalisation non-urgente et d’expliquer au vieil homme que celle-ci lui coûterait extrêmement cher.

Emilio Nieddu était finalement réorienté vers Ambroise Paré, hôpital public. Son ami, Mario Urbano, était tombé sur lui au hasard d'un couloir d'hôpital et avait décidé de le prendre sous son aile, de le transférer vers l’hôpital montois et de lui tenir compagnie. Depuis, le Sarde était hospitalisé en pneumologie. Ce lundi malheureusement, les nouvelles ne sont pas bonnes. "Il a fait un arrêt respiratoire dans la nuit de dimanche à lundi, il est donc aux soins intensifs."

Selon ce dernier, l’état de santé du patient s’était déjà dégradé ces derniers jours. "Il ne parvenait plus à parler et ses canules (Emilio dispose d’une trachéotomie, NdlR) s’étaient bouchées à plusieurs reprises. Je pense qu’effectivement, quelque chose se préparait déjà." Aujourd’hui, Mario Urbano attend et espère des nouvelles rassurantes de son ami. "Il est clair que son état nécessitait une hospitalisation, il n’allait pas bien, ce n’était pas un caprice ou une demande irraisonnée. Il est venu spécialement d’Italie pour bénéficier des meilleurs soins possibles." 

Il n’est évidemment pas question d’établir un quelconque lien entre sa prise en charge à Epicura ou à Ambroise Paré et ces complications : dans un hôpital comme dans un autre, en Belgique ou en Sardaigne, Emilio Nieddu aurait peut-être été victime d’un arrêt respiratoire.