Il y a quelques semaines, la commune de Quévy a répondu à l’appel à projets "communes pilotes Wallonie cyclable" lancé par la Région wallonne. Deux dossiers ont été déposés dont l'un concerne la réalisation d’une liaison cyclo-pédestre entre les villages de Quévy-le-Petit et de Genly, avec la création d’une zone de dépose-minute à proximité de la gare de Genly. L'objectif étant évidemment de permettre aux habitants de Quévy-le-Petit de rejoindre la gare à vélo.

La candidature de la commune de Quévy dans le cadre de cet appel à projets a été votée au collège communal. Toutefois, la création d'une piste cyclable ne pourra pas se faire d'un coup de baguette magique. Il faut dans un premier temps modifier la gestion de la N548 (rue de Quévy), une route régionale qui doit devenir communale. La commune de Quévy est disposée à le faire si le Service Public de Wallonie acceptait de céder cette voirie régionale, moyennant réfection du revêtement routier et réalisation des aménagements mode doux.

Ce qui ne paraît pas être un obstacle. "La N548 relie des petites entités locales et elle n’assure, ni de liaison entre interpôles régionaux, ni d'intérêt en termes de transit entre pôles urbains régionaux. Elle pourrait donc faire l’objet d’une remise en gestion à la commune par un arrêté ministériel", assure le ministre wallon de la mobilité Philippe Henry (Ecolo), interpellé par la députée Jacqueline Galant (MR). "La Région a pour habitude de remettre en gestion aux communes ce type de voirie qui n’a pas de caractère régional."

Le ministre est en revanche moins enthousiaste par rapport à la réalisation de cette liaison cyclo-pédestre. "Le gabarit de cette nationale n’est pas suffisamment important pour y intégrer des pistes cyclables sûres", estime-t-il. "La mise en œuvre de ce type d’aménagement nécessiterait des expropriations et un budget non négligeable. Je ne peux donc qu’inviter la commune à entreprendre les démarches avec le SPWMI (Direction des Routes de Mons) pour entamer la procédure de reprise de la voirie, et de solliciter des subsides consacrés aux déplacements doux ou à des fonds FEDER."