Borinage

Me Didier De Quévy, Me Manon Mogenet et Me Carine Couquelet ont plaidé, lundi devant la cour d'assises du Hainaut, l'acquittement de leurs clients, Thomas Audin et Sylvie Cuelle. 

Ceux-ci sont accusés d'un vol avec meurtre perpétré chez leurs voisins à Roisin, la nuit du 20 au 21 octobre 2016. Ils auraient donné de précieuses informations à Franz Pottiez, le principal accusé. Comme de nombreux témoins l'ont raconté devant la cour d'assises, Thomas Audin n'aurait jamais dû accepter de travailler avec Franz Pottiez. Ce dernier lui ramenait des voitures à réparer et le mettait sous pression. "Ce jour-là, Franz Pottiez est entré comme un loup dans la bergerie des bisounours", a déclaré Me Couquelet lors de sa plaidoirie.

Le couple est soupçonné d'avoir donné de précieuses informations à Franz Pottiez sur le commerce frontalier des Libiez, qui vendaient de nombreuses fardes de cigarettes. "Je suis convaincu que Thomas Audin et Sylvie Cuelle ont été naïfs et je pense que mon client a compris que son comportement moral a été horrible. Par contre, sur le plan pénal, il faudra l'acquitter car l'intention morale fait défaut", a relevé Me Didier De Quévy. "Thomas Audin n'a pas pris conscience de la perversité et de la malhonnêteté de Franz Pottiez, qui est un véritable escroc. Un témoin avait dit qu'il aurait pu tomber dans le panneau. Thomas, lui, est tombé dans le panneau", a ajouté l'avocate. 

Selon ses déclarations, Thomas Audin ne pensait pas que Franz Pottiez allait attaquer le commerce de ses voisins. Pour lui, c'était du bla bla. "Le premier jour du procès, il a d'ailleurs déclaré: 'pour moi, il n'allait pas le faire... Je me suis fait avoir comme un gamin à 37 ans'", a rappelé Me Mogenet. "Nos clients ont eu l'impression d'avoir été manipulés par quelqu'un qui s'est inséré dans leur vie. Ils n'ont jamais souhaité de mal à leurs voisins", a plaidé Me Couquelet. Le procès reprendra mardi avec les répliques. Les jurés seront envoyés en délibération mercredi matin.