Borinage

Le frère de la victime de ce mercredi avait été poignardé à quatre reprises pour une histoire de cœur.

Les faits sont choquants et dramatiques. Ce mercredi soir, William Guichart, 50 ans, perdait la vie après avoir été volontairement renversé par le véhicule conduit par deux personnes avec qui il s’était semble-t-il disputé, un peu plus tôt, sur le parking du Aldi de Saint-Ghislain. Renversé et touché au niveau de la tête, le Colfontainois, père de famille, avait succombé à ses blessures sur place.

© D.R.

Depuis l’annonce de ce décès, les messages de condoléance affluent sur les réseaux sociaux. Particulièrement apprécié, l’homme laisse derrière lui deux fils et de nombreux proches endeuillés, partagés entre incompréhension et colère. Il faut dire que pour beaucoup, la mort de William Guichart ravive de douloureux souvenirs.

En janvier 2011, c’est son frère, Fabrice Guichart, qui était décédé dans des circonstances tout aussi dramatiques. L’homme, âgé de 33 ans, avait été retrouvé poignardé à quatre reprises dans une habitation située ruelle Grégoire, à Wasmes (Colfontaine). Ce dernier s’était apparemment disputé avec le nouveau compagnon de sa femme. Le ton était monté, les deux hommes en étaient venus aux mains et un couteau de cuisine avait été saisi.

© D.R.

C’est le suspect qui avait ouvert la porte aux services d’intervention. Ludovic Jacobs, âgé de 24 ans, avait été placé sous mandat d’arrêt pour homicide volontaire. En avril 2014, il a été condamné à 15 ans de réclusion par la cour d’assises du Hainaut.

Si les deux décès ne peuvent évidemment pas être liés, la mort de William ce mercredi reste difficile à accepter. D’autant plus qu’à ce stade de l’enquête, les circonstances et le déroulé des faits restent inconnus. Les deux suspects, rapidement identifiés par la police, étaient encore recherchés mercredi soir. Ils ont pu être interpellés dans le courant de la nuit et doivent être auditionnés. Le parquet de Mons a annoncé qu’une autopsie du corps de la victime serait réalisée. Dans l’intervalle, un juge d’instruction a été saisi du chef de meurtre.