En matière de mobilité douce, nos communes ont encore du pain sur la planche. C’est pour donner un sérieux coup d’accélérateur à cette problématique que la ville de Saint-Ghislain avait répondu, en septembre dernier, à l’appel à projets Wallonie Cyclable. Après analyse du dossier par le SPW Mobilité et Infrastructures, celui-ci était retenu. Aujourd’hui, il est temps pour la commune d’envisager la suite, et notamment la dépense des 750 000 euros décrochés.

Cet important subside va permettre à la ville de développer son réseau de pistes cyclables via l’ajout de certaines connexions manquantes. Mais reste encore à définir les priorités. Pour y voir plus clair et cerner au mieux les besoins et attentes des principaux intéressés, les autorités communales sollicitent l’avis des Saint-Ghislainois via une enquête, disponible sur la plateforme Fluicity. Il leur est demandé de choisir parmi plusieurs connexions possibles.

La première concerne la liaison entre le lieu-dit la Prévoté et la rue Emile Lété, à Sirault. Cette connexion permettra de relier le début de Neufmaison via le réseau Points Nœuds et le chemin réservé qui a récemment été réalisé entre la rue Emile Lété et la rue Hautecoeur. Ce tronçon est en lien avec la connexion numéro 2 et doit permettre d’offrir un circuit sécurité entre Neufmaison et Villerot-Tertre, en passant par Sirault via un aménagement "chemin réservé", accessible aux piétons, cyclistes et cavaliers.

La seconde est une liaison entre Sirault et Villerot. Elle doit permettre de relier le chemin réservé, récemment réalisé entre les rues Emile Lété et la rue Hautecoeur, et Villerot, voire Tertre en utilisant le RAVeL de la rue de Chièvres. La troisième liaison est prévue entre la rue du Sas et le RAVeL de la commune de Boussu, en passant par la Cité des Petites Préelles à Saint-Ghislain. Là encore, il s’agira de créer un chemin réservé.

Dans un premier temps, le tracé rejoindra la Première rue pour se diriger vers la rue des Chasses. La ville de Saint-Ghislain espère que la commune de Boussu sera partie prenante pour réaliser des aménagements similaires sur son territoire afin d’assurer une continuité. Enfin, la quatrième liaison prendrait place entre les rues de la Rivièrette et la rue du Sas, le zoning de la Rivièrette à Tertre, le chemin de halage de la Haine et la réserve naturelle des Marionville.

Une cinquième connexion, non soumise au vote des citoyens et reliant la rue du Maréchal à l’avenue des Azalées à Baudour, est intégrée au dossier de candidature. "Ce cheminement, réalisé majoritairement sur l’assiette de l’ancienne ligne ferroviaire, est en effet prévu dans le cadre du réaménagement de la rue du Maréchal reliant Tertre à Douvrain", justifie-on du côté de la ville. "Même si ce projet est déjà en cours de traitement, la finalisation de l’étude va prendre un certain temps vu qu’il est conditionné par un accord entre la Ville et la SNCB."

Pour rappel, sur les 173 candidatures introduites dans le cadre de l’appel à projets du gouvernement wallon, 116 villes et communes wallonnes ont été retenues et bénéficient donc d’un coup de pouce financier.