Ils réclament, en cette période de sortie progressive de crise sanitaire, une véritable reconnaissance de leur métier et une amélioration de leurs conditions de travail.

Les travailleurs de plusieurs maisons de repos, notamment, celles des CPAS de Mons, Saint-Ghislain, Quaregnon, Boussu et Dour, ont participé aux actions organisées mercredi matin par la CGSP. L'objectif étant d'obtenir une meilleure reconnaissance des métiers du secteur et de meilleures conditions de travail.

Une cinquantaine de membres de personnel du Centre Hospitalier Universitaire et Psychiatrique de Mons-Borinage se sont aussi regroupés sur le site du Chêne aux Haies à Mons où ils ont mené une action symbolique. "Nous attendions que la crise sanitaire soit un peu derrière nous pour commencer à exprimer notre colère", a indiqué Laurent Dufrasne (CGSP).

"Nos travailleurs ont œuvré pendant plus de deux mois dans des conditions épouvantables. Ils n'ont pas été soutenus pas les autorités qui tardent encore à fournir le matériel nécessaire pour donner des soins de qualité dans des conditions de sécurité optimales. Deux arrêtés royaux, qui évoquaient des réquisitions et des délégations d'actes infirmiers à d'autres membres du personne, ont posé énormément de problèmes aux travailleurs et ils ont certes été retirés. Ce n'est pas suffisant. Nous voulons un refinancement du secteur de la santé et une revalorisation des barèmes des travailleurs."

© DR

© DR