Elle trône majestueusement à l'entrée du CID sur le site du Grand-Hornu. Mais elle nécessitait un petit rafraîchissement. La fontaine de Pol Bury s'offre une cure de jouvence. Les équipes techniques du Grand-Hornu sont à pied d'œuvre pour offrir un nettoyage de printemps à cette œuvre d'art typique de l'artiste belge.

Et il ne s'agit pas d'une mince affaire. La fontaine est composée de 64 carrés d'acier inoxydable qui s'entrechoquent habituellement dans un joli ballet aquatique. Autant de carrés qu'il a fallu soigneusement démonter pour leur rendre tout leur lustre.

Natif d'Haine-Saint-Pierre, Pol Bury (1922-2005) a disséminé des fontaines à Bruxelles, Paris, Seneffe, La Louvière ou encore Boussu. La Province du Hainaut nous rappelle qu'il est considéré comme un artiste contemporain majeur du 20e siècle: "Maître du mouvement lent, il maîtrise le temps dans ses réalisations mobiles, ses fontaines qui dégagent à la fois quelque chose de troublant et une grande sérénité, amusent et animent tout espace où l’eau peut jouer : ville ou campagne, parc historique ou espace contemporain... Qu’elles soient à tubes ou à bulles, en acier, en cuivre ou en une autre matière, les fontaines de Bury font appel au génie créateur de l’artiste et à son imagination technique et mathématique."

Que les visiteurs du MAC'S et du CID se rassurent, les 64 carrés de la fontaine devraient être à nouveau visibles prochainement. Ce nettoyage de printemps ne connaitra pas ainsi le même sort que l'entretien effectué à La Louvière il y a quelques années. On se rappelle en effet qu'à La Louvière, il avait fallu attendre très longtemps avant que la fontaine, prise au cœur d'une polémique entre la Ville et la Fédération Wallonie-Bruxelles, retrouve sa place en face du château Gilson. Au Grand-Hornu fort heureusement, l'entretien s'avère tout de même moins ardu. Et l'œuvre de Pol Bury pourra à nouveau émerveiller les visiteurs d'ici peu.