C’est un chiffre qui a de quoi faire tourner la tête. Ce mardi, NGK CERAMICS Europe a annoncé son intention d’investir près de 43 millions d’euros (en réalité, cinq milliards de JPY) pour soutenir la mise en œuvre de la norme européenne d’émission automobile Euro 7, dont la mise en place apportera les équipements et les connaissances les plus modernes et renforcera les dimensions économiques, sociales et écologiques de l’activité.

Cette mise à niveau technologique s’étalera sur les trois prochaines années. "Les défis climatiques et la prise de conscience sociétale de ces enjeux, conduisent à de nouvelles normes plus contraignantes et de nouvelles technologies", commente Minoru Shibata et Simon Vlajcic, respectivement président et vice-président de NGK. "Ainsi, les véhicules atmosphériques et hybrides, qui représentent la majorité des véhicules vendus en Europe, doivent continuer à réduire leurs émissions."

La norme européenne Euro 7, avec une mise en œuvre attendue en 2025, représente évidemment un nouveau challenge technologique pour l’industrie automobile européenne. "Pour y répondre, NGK va réaliser un investissement important sur le site de Baudour. Les équipements principaux seront remplacés par des équipements de dernière génération utilisant les technologies les plus modernes en termes de digitalisation et d’automatisation des procédés, permettant ainsi une véritable transition énergétique et révolution numérique."

L’objectif avoué est de fabriquer des substrats en céramique HONEYCERAM plus performants, utilisés dans les pots catalytiques, nécessaires à la mise en œuvre de la nouvelle norme. "On peut parler d’une refonte complète du site. Elle sera réalisée par étape au cours des trois prochaines années." Ce faisant, NGK entend aussi répondre aux ambitions sociales, économique et écologiques portées par le gouvernement wallon.

"En apportant des technologies de pointe en Wallonie, nous permettons à notre région de continuer son redressement et de relever le niveau de formation et de connaissance de notre personnel. Nous permettons aussi le maintien des emplois CDI, de qualité et à haute valeur ajoutée, auxquels s’ajoutent les contrats temporaires, les sous-traitants et les fournisseurs. Avec ces investissements, la pérennité du site est renforcée." À ce jour, près de 280 personnes sont engagées à Baudour.

Enfin, grâce aux procédés plus pointus, la consommation énergétique de l’entreprise pour assurer la fabrication de ses produits sera réduite "de plus de 30%." Les prochaines années seront donc source de renouveau pour l’entreprise, leader dans le domaine de la céramique et active dans plus de 20 pays dans des domaines tels que la mobilité, l’énergie, l’informatique et l’industrie.