Les suspicions sur l'identité de l'auteur de ce dépôt doivent être vérifiées.

C’est un bien triste spectacle qui a été offert au niveau du Chemin Vert, à Givry. Les autorités communales ont une nouvelle fois dû constater l’incivisme total de certains citoyens, qui n’ont pas hésité à transformer le lieu en décharge à ciel ouverte. Une importe quantité de gravats issus de travaux de démolition y a en effet été déposée sans scrupule.

© DR

L’endroit est déjà considéré comme un lieu problématique en matière de dépôts sauvages. Ce nouveau dépôt est probablement la goutte qui fera déborder le vase. "Nous avons pu récolter quelques informations, que nous avons immédiatement transmises à la police de Mons-Quévy", explique David Volant (MR+), échevin de l’environnement.

"Nous savons que la police est particulièrement sollicitée pour faire respecter les mesures de confinement mais des vérifications devraient être entreprises ce jour auprès des personnes que nous suspectons. Si les informations se confirment, je n’hésiterais pas une seconde à publier leur identité sur les réseaux sociaux afin que tout le monde sache quel genre de citoyens ils sont. Je n’ai plus aucune pitié envers ces gens qui se permettent de prendre notre nature pour une poubelle !"

Particulièrement énervé, le premier échevin a rappelé à juste titre que la fermeture des recyparcs en cette période de crise sanitaire ne pouvait en rien justifier de tels comportements. "Certaines personnes ou entreprises continuent de travailler, nous pouvons comprendre cela. Mais prendre notre campagne et nos sentiers pour un dépotoir ne sera jamais accepté, peu importe les circonstances."

L’installation de caméras de surveillance est prévue au niveau du Chemin Vert. Elles auraient dû être installées dans le courant du mois d’avril mais la situation actuelle obligera les autorités communales à revoir le timing. Toujours est-il que l’auteur de ce dépôt est activement recherché et devra rendre des comptes une fois son identité confirmée.