Ce n’est pas encore demain que les services communaux de l’administration de Boussu seront rassemblés sur un seul et même site. Mais les autorités ne désespèrent pas et convoitent toujours l’ancienne verrerie, actuellement détenu par le même propriétaire que le Shopping Hornu, développé face au Cora.

Le conseil communal a voté un accord de principe concernant le rachat dudit site. "Il nous reste encore du chemin à parcourir dans ce dossier car il faut analyser toutes les possibilités, toutes les propositions formulées par les uns et les autres", explique Jean-Claude Debiève (PS), bourgmestre. "À ce stade, nous n’avons pas encore d’avant-projets et donc pas de vision claire sur ce que cela pourrait coûter."

L’aspect financier reste pourtant déterminant et lors de ses négociations, la commune ne pourra aller au-delà d’un montant de 4,6 millions d’euros. "D’importants travaux seront à entreprendre, il faudra notamment prévoir des hangars pour abriter les véhicules communaux. Il faudra par ailleurs réfléchir à l’installation des services pour que cela soit efficient car certains collaborent quotidiennement. C’est un travail de longue haleine et il s’agit de poser les bons choix."

La crise sanitaire a par ailleurs ralenti les procédures. "Nous aurions en effet voulu pouvoir avancer plus rapidement, obtenir des garanties, que certains feux passent déjà au vert. De mon côté, je me suis récemment rendu à Herstal afin de voir ce qui avait été fait en la matière. C’est superbe, mais c’était un projet à 20 millions d’euros, pour un total de 40 000 habitants. De notre côté nous ne savons pas encore dans quelle mesure des subsides pourront être décrochés."

Les autorités locales espèrent en effet pouvoir inscrire ce projet dans le cadre du plan FRIC (le Fonds d'investissement des communes) ou des FEDER (Fonds européens de développement régional. "Nous pourrions également l’envisager sur fonds propres, via un emprunt sur 20 ans car nous n’avons plus de gros emprunts sur le dos et que notre dette, répartie sur notre population, est relativement faible en comparaison avec le reste de la Wallonie. Mais tout cela doit être analysé avec sérieux."

Si les négociations pour le rachat du site de l’ancienne verrerie devaient échouer, la majorité n’aurait d’autre choix que de trouver une alternative. Mais pareil projet ne s’improvise pas et un terrain suffisamment grand pour accueillir cette nouvelle cité administrative ne se trouve pas en un claquement de doigt.