Le locataire de l'entrepôt fuit ses responsabilités.

Plus d'une semaine après l'incendie qui s'est emparé le 12 janvier de l'entrepôt de Lock'O, société qui loue des espaces de stockage, les pompiers sont toujours sur place. "Il existe en effet des risques que le feu reprenne dans des petits foyers", explique le bourgmestre Jean-Marc Dupont (PS). "Pour annuler ce risque, les pompiers ont demandé d'ouvrir le tas du composant qui menaçait d'encore brûler."

C'est donc dans ce but que la Protection civile est arrivée de Crisnée le vendredi 17 janvier avec ses pelleteuses et son matériel de pointe. "C'est indispensable vu la taille de ce tas de matériau (des morceaux de voiture finement broyés) qui pèse plusieurs milliers de tonnes. Après ces opérations, qui se termineront normalement ce mardi, les pompiers réévalueront la situation et devraient normalement pourvoir quitter les lieux définitivement."

Par mesure de précaution, la commune de Frameries a adressé une lettre aux riverains : "les portes et fenêtres des habitations donnant directement sur le site doivent être maintenues fermées", est-il recommandé dans le courrier distribué vendredi. "Les opérations de manutention de la Protection civile produisent de la poussière", précise le bourgmestre. "Il s'agissait simplement d'éviter aux habitants d'éventuels dépôts chez eux. Mais la matière n'est pas dangereuse et il n'y a d'ailleurs pas eu de dépôt de poussière dans le quartier finalement."

Si le risque de nouvel incendie est désormais écarté, un gros point d'interrogation demeure : que va-t-il advenir de ces déchets qui étaient, rappelons-le, stockés illégalement. Le contrat qui lie la société Lock'O à son client ne prévoyait en effet pas la présence de ces déchets. 

"En principe, c'est au locataire d'évacuer les déchets mais celui-ci est aux abonnés absents", signale Jean-Marc Dupont. "Le propriétaire, Lock'O, devrait donc s'en charger. Mais pour les évacuer où ? On ne sait pas encore. Ma responsabilité à moi est de m'assurer que la sécurité publique n'est pas en péril. Mais il est certain que je m'inquiète aussi de savoir ce qu'il adviendra de tout cela."

Le litige entre Lock'O et son client se réglera en tout cas très probablement devant les tribunaux. Une plainte a d'ailleurs été déposée par Lock'O auprès du Parquet de Mons.