Les membres organisateurs se veulent rassurants, l'événement aura bien lieu.

Ce jeudi matin, les organisateurs du festival de musique électronique prévu le 14 septembre prochain sur le site minier de Marcasse, à Colfontaine, tombaient de haut. Ils prenaient ainsi connaissance d’un débat qui s’est tenu dans la salle du conseil communal un peu plus tôt dans la semaine et dont s’est fait écho la presse.

On apprenait qu’aucune autorisation officielle n’avait encore été délivrée pour l’organisation de cet événement, le premier du genre. « Je ne vais pas m’étaler car tout est en train de se régler. Comme je l’ai déjà précisé, nous avons eu l’accord du bourgmestre, les autorisations seront prochainement délivrées », insiste Antonino Barbarotta, l’un des quatre organisateurs.

Les engagements pris sont pour l’instant oraux, et donc officieux. Mais les organisateurs n’émettent aucun doute sur la suite des événements. « Une rencontre est prévue fin juillet avec les services compétents de l’administration, les pompiers, la police,… Ce qui a été raconté ces derniers jours est faux, nous n’avons pas agit en douce, sans prévenir personne. »

Passablement agacé par la situation, Antonino Barbarotta tente de relativiser. « Nous n’agissons pas n’importe comment, nous sommes dans le milieu depuis sept ans, nous avons une centaine d’événements organisés à notre actif. Nous savons comment les choses fonctionnent, nous sommes au courant des autorisations à obtenir. »

Loin de se démonter, la bande organisatrice entend poursuivre les préparatifs pour transformer le site de Marcasse en véritable dancing.