Les commentaires allaient bon train, sur les réseaux sociaux ! Ces derniers jours, plusieurs photos montrant du matériel visiblement destiné à la mise en œuvre du projet de parc photovoltaïque flottant, sur le lac de Tertre, ont été diffusées. Il n’en fallait pas plus pour que les riverains s’en inquiètent et que les commentaires fusent.

Car le projet n’en est toujours qu’à ses balbutiements et à ce stade, aucun permis n’a été délivré pour la concrétisation de celui-ci. "Cela sent déjà la dictature du fric ! Il n’y a pas encore de décision connue et pourtant, oui, on dépose déjà du matériel", écrivait par exemple un internaute. Certains élus se sont également montrés critiques.

"À Saint-Ghislain, tout est permis, sans permis ! Lac de Tertre, aucune autorisation de pouvoir réaliser une préparation de chantier n’a été donnée, à ma connaissance", réagissait Laurent Drousie (Osons!), conseiller de l’opposition. "Si les règles de base ne sont pas respectées, si le bon sens est oublié, que se passera-t-il lors de la mise en œuvre du projet ? La confiance à l’égard de l’entreprise, des autorités publiques n’est-elle pas mise à mal ?"

Des propos qui ont finalement fait réagir la majorité, qui a tenu à clarifier les choses et à tuer dans l’œuf la polémique. "Tout n’est pas permis, loin de là même !", insiste-on du côté du groupe socialiste. "Nous n’avons pas attendu ce genre de publication pour réagir. Au lendemain de la prise de connaissance de cet entreposage de matériel, nous avons pris contact avec le promoteur en lui rappelant que la demande de permis était en cours de procédure et qu’aucune activité ne pouvait donc avoir lieu sur le site."

Ce dernier aurait expliqué qu’il ne s’agissait pas de matériaux de construction pour le projet, mais qu’il souhaitait "mettre en place, pour une période temporaire, un démonstrateur de quelques linéaires de flotteurs pour rendre compte de ce que cela pourrait donner et aux fins de recherches et d’études complémentaires." Le promoteur ignorait visiblement qu’il fallait un permis ou à tout le moins une déclaration l’autorisant. "L’installation a été évacuée dès dimanche après-midi", précise encore le groupe socialiste.

Rappelons que le projet, s’il voit le jour, prévoit l’installation de 32 720 panneaux sur flotteurs. Plusieurs riverains voisins ont déjà formulé leurs craintes, notamment de nuisances, et ont été rejoints par les membres du groupe Osons! Le collège communal a quant à lui émis un avis défavorable, estimant que le projet était quelque peu démesuré et qu’une étude d’incidence sur la faune, la flore et la biodiversité serait la bienvenue. C’est cependant bien à la Région wallonne qu’il reviendra de trancher et d’accorder ou non le permis à la société Tertre Innovation Solaire (TISOL).