Le projet pilote mené sur Dour et Frameries entame sa deuxième phase.

En septembre dernier, 21 communes étaient sélectionnées pour participer à un projet-pilote visant à dissuader l’abandon de déchets dans la nature et à encourager le ramassage de canettes abandonnées. Ces derniers mois, Dour a testé la reprise automatisée via une machine tandis que Frameries testait la reprise manuelle via un préposé communal.

La première phase du projet vient de se clôturer, les deux communes vont donc échanger leur système pour les six prochains mois. Du côté de Frameries, le bilan est globalement positif. Quelque 16 000 canettes ont été récoltées et déposées au préposé, en échange de cinq centimes par canette (un bon d’achat de cinq euros dans les commerces de l’entité pour 100 canettes collectées.)

"Nous avons constaté que ce sont souvent les mêmes personnes, déjà très sensibilisées à la problématique, qui venaient nous déposer leurs trouvailles", commente Arnaud Malou (PS), échevin de l’environnement. "C’est déjà très bien mais nous espérons évidemment que lors de cette seconde phase, davantage de citoyens s’impliqueront dans le projet."

Frameries mène déjà plusieurs actions en faveur de l’environnement et du recyclage, et est notamment commune-pilote dans le projet P + MC. "Nous tentons d’être proactifs en la matière même si le chemin reste long. Lors de cette deuxième phase, nous espérons que la machine et le fait qu’elle soit accessible sept jours sur sept, 24 heures sur 24 encouragent les habitants à participer."

La machine sera installée au hall de maintenance (rue de la Commanderie). "Nous savons que pour certains habitants, ce n’est pas la porte à côté mais nous voulions maintenir cette habitude pour ceux qui ont participé à la première phase et assurer la sécurité de la machine grâce à la présence des agents qui pourront intervenir rapidement en cas de pépin."

Du côté de Dour aussi, le bilan est positif. Installée sur la Place Verte, la machine a pu récolter 92 500 canettes, collectées par 187 personnes. Et si la machine a connu quelques couacs, c’est bien souvent lié à une mauvaise utilisation de la part des habitants. La collecte manuelle, proposée au hall de maintenance (avenue Victor Regnart) chaque vendredi de 17 à 19 heures sera-t-elle aussi voire plus efficace encore ? Verdict dans six mois.