Pas moins de 450 chats envahiront le hall Ceva, à Ath, ce week-end, à l’occasion de la 33e édition du salon international du chat de race. Parmi eux, Radja, Simba, Ron, Suzy et Sunny, tous issus de l’élevage dourois Mumu Babys Coon. La chatterie n’existe que depuis deux ans et pourtant, son palmarès est déjà impressionnant. Plusieurs des félins présentés sont en effet champion d’Europe, champion de Belgique et de France, championne junior de Belgique et de France,…

Et de nouveaux titres pourraient bien être décrochés ce samedi. "Ron est pressenti pour devenir champion international. On sait qu’il plait énormément, nous sommes donc très confiants", explique Mike Bry. "De nombreux critères sont pris en compte et se basent sur les standards de la race : la tenue du chat, la grandeur de ses oreilles ou de la boite crânienne,… De notre côté, la sélection est extrêmement minutieuse. Les prix décrochés en concours sont une garantie pour les acheteurs."

© D.R.
 
© D.R.

Pas question cependant de parler de commerce. Mike Bry et son épouse, Muriel Morin, sont avant tout des passionnés de la race. "Nous avons commencé avec deux chats de compagnie, Pandora et Prada. Aujourd’hui, nous avons 12 maine coon, dont cinq sont stérilisés. Nous ne sommes pas du tout dans une logique de reproduction à tout prix. Nous nous limitons d’ailleurs à deux portées par an, au maximum."

Indépendant dans le milieu de la construction, Mike Bry ne cache pas que ses chats lui apportent énormément de réconfort. "Les temps sont difficiles. Je pars tôt, je rentre tard, il est difficile de trouver de la main d’œuvre, la crise a retardé tous nos chantiers,… Les chats sont ma soupape de décompression, et c’est exactement la même chose pour Muriel. Ils nous apaisent énormément, même si le chatterie représente un travail supplémentaire très important."

L’adoption d’un maine coon n’est évidemment pas gratuite. Il faudra compter près de 1300 euros pour un chaton. "Tous sont suivis médicalement avant l’adoption, nous garantissons qu’ils partent tous en bonne santé. Et s’ils partent sans être stérilisés, l’adoptant doit être agréé. Ce n’est cependant pas ce que nous recherchons : lors de la sélection des adoptants, on privilégie ceux qui cherchent avant tout un chat de compagnie."

Notons encore que le couple espère obtenir le soutien des autorités locales pour organiser un salon félin dans la région. "Le plus proche, c’est celui de ce week-end, à Ath. Ensuite, il faut parcourir de nombreux kilomètres, ce qui n’est pas l’idéal pour les chats." Un premier contact a été pris avec le bourgmestre de Dour, Carlo Di Antonio, une réunion pourrait donc être planifiée prochainement.