Malgré ses tentatives, Michelina Territo n'a pu obtenir de solutions auprès de l'administration communale.

Les difficultés se succèdent pour Michelina Territo. La jeune fleuriste, gérante de Lilas Rose, avait déjà peiné à obtenir les autorisations nécessaires pour ouvrir son commerce sur la place de Wasmes (Colfontaine) en décembre 2018. Cette fois, c’est dans le cadre du montage du marché de Noël que l’indépendante s’arrache les cheveux.

Et pour cause ! Un chalet a été installé à quelques centimètres à peine de sa porte d’entrée. "Mon commerce est totalement caché et l’accès est difficile, je suis coincée entre un chalet et le chapiteau", regrette-t-elle. "J’ai pris les mesures hier et entre la porte du chalet et la mienne, il n’y a que 92 centimètres. C’est trop peu et même insuffisant pour répondre aux normes de sécurité demandées par les pompiers."

© DR

En effet, ce mardi, les services ont procédé à une inspection et ont jugé l’espace laissé insuffisant. "Ils demandent que l’on laisse au moins 1,20 mètre afin de pouvoir faire passer une civière si cela s’avérait nécessaire ou permettre une intervention. Mais le chalet a été installé sur les premières marques, en dépit de ces recommandations. La commune ne semble pas tenir compte des mesures de sécurité."

Pour la Colfontainoise, la situation est particulièrement pénible. "Dès que j’ai vu les marquages au sol, j’ai pris contact avec l’échevin des fêtes, qui m’a renvoyé vers le bourgmestre car c’est lui seul qui se serait occupé de l’organisation du marché cette année. J’ai essayé d’entrer en contact avec lui, sans succès. Il ne répond ni aux appels, ni aux mails. Je ne comprends pas sa position. Il met des bâtons dans les roues des commerçants de sa propre commune."

Alors que la période de fin d’année est généralement propice à la réalisation de belles ventes, Michelina Territo n’est plus sûre de rien. "J’ai installé une pancarte pour signaler la présence de ma boutique mais je ne peux rien exposer en extérieur. Pour tenter d’attirer les clients, nous proposerons, une autre commerçante et moi-même, du chocolat et du vin chaud gratuitement et organiserons une petite loterie gratuite pour les enfants."

Visiblement, le chalet installé devant sa boutique devrait être consacré à la vente d’encens... Des produits également vendus chez Lilas Rose. La concurrence devrait donc être rude. De son côté, le bourgmestre Lucien D’Antonio (PS), n’a souhaité faire aucun commentaire quant à cette situation pour le moins interpellante.