Les caméras de surveillance sont devenues une arme redoutable des forces de l’ordre. Parfois décriées, elles aident pourtant les policiers de terrain, mais également les citoyens de la zone de police boraine. Rien que pour ce mois de mars, les 45 caméras du territoire ont permis de repérer plus de 90 infractions. Les chiffres parlent d’eux-mêmes...

Pas moins de 47 avertissements ont été rédigés pour des infractions au Code de la route, durant ce mois de mars. Les caméras ont également enregistré 52 stationnements gênants et deux accidents, permettant l’ intervention rapide des équipes. Concernant l’ordre public, le système a capturé un moment plutôt insolite. Un individu, en état d’ivresse, a été repéré alors qu’il urinait... sur les pelouses de l’Hôtel de police.

Toujours dans le cadre de la crise sanitaire, les forces de l'ordre sont intervenues sur une vingtaine de rassemblements interdits, non conformes aux règles en vigueur. Deux personnes sur la voie publique, après le couvre-feu, ont elles aussi été verbalisées.

Les caméras de surveillance ont encore prouvé leur efficacité lors de faits plus sérieux, comme sur la disparition d’une petite fille. Cette dernière a rapidement été repérée grâce à l’attention du vidéosurveilleur, qui a immédiatement prévenu les équipes. L’enfant a ainsi retrouvé ses parents. Un individu violent a également été arrêté, alors qu’il quittait le lieu des faits où une dispute familiale avait éclaté. Le système a aussi permis d’éviter le vol d’un magasin, puisque les auteurs de cette tentative ont été filmés sur la voie publique.

Avec ses 45 caméras réparties sur tout son territoire, la police boraine scrute de près les auteurs d’infractions.