Le projet boucle du Hainaut d’Elia ne fait pas l’unanimité, et c’est peu dire. Dans les communes concernées par le tracé, ce sont les majorités en place ou des groupes politiques qui se sont publiquement exprimés pour prendre position et exprimer leur opposition. À Jurbise, c’est Jacqueline Galant (LB) qui « se positionne contre le projet Elia. »

La bourgmestre confirme ainsi qu’elle n’a "pas été insensible à la vague de contestation contre le projet de boucle du Hainaut." Il est vrai qu’à l’issue d’une première consultation populaire, ce sont plus de 15 000 courriers qui ont été déposés dans les différentes administrations communales ayant pour mission de relayer ces remarques à Elia.

"Ma position sur le projet est ferme et n’a pas changé. Je pense sincèrement que personne dans notre région ne peut se satisfaire du projet tel qu’il est présenté actuellement. Celui-ci pourrait avoir de sérieux impacts sur le paysage mais également sur la vie des habitants et notamment sur leur santé."

La bourgmestre appelle désormais – mais le message était déjà passé – à l’unité pour contester le projet tel qu’il a été présenté. "En tant que parlementaire mais également en tant que Bourgmestre d’une commune avoisinante, les citoyens peuvent compter sur mon engagement, et ce soutien ne date pas d’hier. Avec mon groupe Liste de la Bourgmestre, nous avons ainsi déposé une motion de solidarité au conseil communal en septembre 2019 et nous le referons lors de la prochaine séance du conseil communal."

La motion défendue par le groupe LB et accepté à l’unanimité visait notamment d’appeler Elia à privilégier au maximum les solutions alternatives à la seule option d’une ligne aérienne, visant à assurer le bien-être des citoyens tout en limitant l’impact visuel, sanitaire et environnemental, ou encore d’appeler Elia à maximaliser le regroupement des infrastructures existantes, à privilégier autant que possible l’enterrement des lignes et à remplacer la ligne existante de 150 kV.

"Face à ce projet, il est primordial que toutes les communes fassent preuve de solidarité. La protection de la santé mais aussi du bien-être des habitants doit être la priorité de tous. J’en appelle donc à l’union sacrée pour l’ensemble des communes de Mons-Borinage. Nous soutenons la nécessité de développer des infrastructures de transport électrique modernes et de qualité en cœur du Hainaut afin de faciliter la transition énergétique et de favoriser le développement économique de la région. Mais pas au détriment des habitants de notre région !"

Rappelons que de très nombreuses communes se sont déjà associées pour défendre une ligne de conduite commune. Citons, dans la région, les communes de Lens et de Soignies, directement concernées par le projet.