Jusqu’ici épargnées par le projet Boucle du Hainaut, plusieurs communes se mobilisent désormais afin de formuler leur opposition à ce projet, porté par Elia… Et pour cause. Pas moins de 885 nouveaux tracés sont envisagés par le gestionnaire du réseau de transport d’électricité à haute tension. Conséquence, ce ne sont plus 14 mais bien 73 communes qui pourraient être concernées. À Saint-Ghislain, le conseil communal vient de voter à l’unanimité une motion, bien que l'opposition Osons! ait demandé un amendement, qui a été refusé.

La majorité ne demande pas l’abandon du projet mais bien son arrêt "dans l’attente de la communication des résultats des études commandées." Les élus jouent donc plutôt la carte de la prudence, sans pour autant se montrer vindicatifs. "La ville de Saint-Ghislain est concernée au premier chef puisque plusieurs de ces trajets alternatifs traversent notre entité", ont souligné Michel Duhoux (PS) et François Roosens (MR&Citoyens).

"Notre volonté n’est pas de remettre en cause la nécessité de garantir en approvisionnement électrique de qualité sur le territoire hainuyer – une fourniture adéquate en énergie étant une condition sine qua non du développement territorial – mais il n’en demeure pas moins que l’envergure de ce projet soulève, malgré tout, de nombreuses inquiétudes, notamment sur les plans sanitaires et environnementaux."

Pour les conseillers, trop de zones d’ombre doivent être levées et des réponses doivent être apportées sur les conséquences de pareil projet sur la santé publique, la qualité de vie, le respect de la nature et du bien-être animal. "En conséquence, et à la suite de l’annonce des ministre Willy Borsus et Céline Tellier s’engageant à commander des études approfondies et complémentaires sur les incidences du projet initial, et dans la continuité, des 850 tracés alternatifs, nous souhaitons que le soit arrêté le projet, au moins jusqu’à l’obtention des résultats des études."

Pour Osons!, il était crucial, cependant, d'ajouter un article à cette motion, à savoir "inviter les ministres Borsus et Tellier à communiquer et publier les différentes études qu'ils se sont engagés à commander en rapport avec ce dossier, tant sur l'opportunité du projet que sur les choix technologiques posés et la fixation de valeurs seuils destinés à écarter tout risque pour la santé." L'amendement a cependant été rejeté et n'a dès lors pas été ajouté à la motion.

Les résultats desdites études ne devraient pas tomber avant la fin de cette année. Pour rappel, la ligne aérienne de la Boucle du Hainaut est destinée à relier, en courant alternatif, les postes hautes tensions d’Avelgem et de Courcelles. Elle suscite de vives inquiétudes et oppositions, notamment du fait de l’importance du niveau de tension (380 kilovolts) et de sa capacité de transport (6 gigawatt).