C’est une page importante de sa vie que Jean-Pierre Lépine (PS) s’apprête à tourner. D’ici quelques jours, l’actuel bourgmestre de Quaregnon fera un effet un pas de côté en abandonnant son écharpe scabinale. Cette dernière habillera donc très prochainement les épaules de Damien Jenart (PS), actuel premier échevin et candidat ayant fait le plus de voix de préférence lors des dernières élections après Jean-Pierre Lépine.

Ce jeudi soir, Jean-Pierre Lépine a donc présidé sa dernière séance du conseil communal. "Et ce vendredi matin, c’était mon dernier collège de police", annonce-t-il, non sans émotion. "Ce sont des dernières fois. La décision n’a pas été évidente à prendre mais elle est prise sans regret. J’avais annoncé, lors de ma campagne électorale de 2018, que je partirai avant la fin de la mandature. Je n’avais donné aucune date parce que moi-même, je n’en avais fixé aucune…"

De récents problèmes de santé ont poussé l’homme fort de Quaregnon à considérer l’éventualité d’un départ imminent. "J’en ai discuté avec ma famille, avec mes enfants. Nous avons profité des vacances de Noël pour faire le point et la décision s’est assez naturellement imposée à moi. Nous sommes à mi-mandature, c’est le bon moment pour partir, pour passer le flambeau à Damien, qui aura trois années pour mener à bien nos projets."

Avec ce dernier, une véritable relation de confiance s’est établie. "Je suis heureux que les choses puissent se passer comme cela. Depuis un moment déjà, nous travaillons de concert, sans rivalité aucune. Il assure certaines de mes permanences et depuis deux ans, il est engagé à mes côtés en tant que collaborateur parlementaire. Je resterai à ses côtés pour répondre à ses questions lorsqu’il en aura. Mais je ne souhaite pas jouer les belles-mères : ma porte sera toujours ouverte mais je ne pousserai pas la sienne."

La transition s’opérera donc en douceur, et comme Jean-Pierre Lépine le souhaitait. Ce dernier n’abandonne pas la politique pour autant. Jusqu’en 2024, il siégera toujours en tant que conseiller communal et conserve également ses missions de député wallon. Désireux de mettre ses 32 années d’implication politique et donc son expérience au service du Parti Socialiste, le futur ex-bourgmestre pourrait rester dans les parages lors des prochaines échéances électorales, sans cependant plus briguer de fonctions à responsabilité.