Borinage

Les finances communales ne permettent pas d'envisager une réfection pour l'instant.

L’argent, le nerf de la guerre… À Quaregnon, on ne compose que trop bien avec cet adage, plus encore lorsqu’il faut expliquer aux riverains d’une rue que les trottoirs ne pourront pas être refaits dans l’immédiat, faute de budgets disponibles. Ceux de la rue Emile Vandervelde auraient pourtant bien besoin d’une intervention.

En piteux état, ceux-ci sont pourtant utilisés par des riverains parfois âgés, avec les risques que cela comporte. Du côté des autorités communales, on est bien conscient de la situation. Mais on tente aussi de garder tant bien que mal les finances à l’équilibre. "Nous allouons déjà un budget de 200 000 euros par an aux réfections de voiries et trottoirs. C’est un budget qui a été récemment doublé", explique Damien Jenart (PS), échevin des finances.

© EB

"Nous savons que certains trottoirs doivent être refaits. Mais il faut prioriser les interventions. Dans certaines rues, ces trottoirs n’existent même pas. C’est par là qu’il faut commencer. Nous sommes peinés pour les habitants, nous comprenons qu’ils soient ennuyés. Mais ce serait mentir que de dire que demain, tout sera refait. Ce n’est pas le cas, parce que les finances communales sont ce qu’elles sont et que pour ce genre de travaux, il n’y a ni aide, ni subsides."

C’est donc la commune qui doit mettre la main à la poche. "Nous tentons de faire pour un mieux. Si nous dépensions un million d’euros pour refaire les trottoirs de l’entité, on reprocherait probablement une dépense trop importante. Nous ne sommes pas la seule commune à connaître ce genre de cas. Quaregnon n’a heureusement pas que des trottoirs comme ceux de la rue Emile Vandervelde."

Le collège quaregnonnais ne baisse cependant pas les bras. "Nous attendons le PCA, le plan communal d’aménagement, qui va nous permettre d’y voir plus clair. Nous envisagerons de mettre un sens unique pour désengorger la rue et élargir les trottoirs. Mais ce ne sera pas pour tout de suite." Patience donc... Et prudence.