Depuis plusieurs semaines partout en Wallonie les centres de vaccination accueillent de nombreux Belges. Alors que beaucoup de Quévysiens ont tout d’abord été invités à se faire vacciner dans un centre à Soignies, ils peuvent maintenant modifier leur lieu de vaccination. Cependant, le problème de mobilité se pose dans l’entité. Des habitants éprouvent certaines difficultés et ne savent pas forcément se rendre dans le centre. Via son Plan de Cohésion Sociale, la commune et le CPAS tiennent à venir en aide à sa population.

Une initiative solidaire vient d’être mise en place. Le CPAS est à la recherche de bénévoles qui seraient prêts à conduire les personnes isolées à leur rendez-vous pour le vaccin contre le covid-19. "Nous avons été fortement sollicités pour le taxi social", détaille Sophie Boterdael, présidente du CPAS de Quévy. "Nous n’avons qu’un seul taxi et on ne peut pas se permettre de l’utiliser juste pour cette raison. D’autres personnes ont besoin de ce transport. Il a donc fallu qu’on trouve des solutions." 

Les volontaires sont donc invités à contacter le CPAS pour organiser les différents déplacements. Par la suite, une convention est établie et les conducteurs bénéficient d’une assurance. De nombreuses mesures devront être respectées entre le conducteur et le bénéficiaire. "Ils devront tous deux porter un masque et la personne véhiculée devra se mettre à l’arrière pour garder les distances. Ils seront aussi dans l’obligation de se désinfecter les mains à chaque sortie et entrée dans le véhicule."

Actuellement, même si la commune et le CPAS sont à la recherche de volontaires, ils ont déjà reçu quelques réponses. "Notre maison de jeunes a réagi rapidement et souhaite entrer dans cette réserve de bénévoles étant donné qu’ils sont à l’arrêt."

Ce service disponible à toutes les personnes en difficulté de déplacements montre la solidarité qui existe entre les citoyens de Quévy. "Plus nous avons de personnes désireuses de venir en aide aux isolés, mieux c’est. Tant que nous pourrons répondre au besoin de la population, nous le ferons."