Enfin ! Après une attente longue de plusieurs années, des feux tricolores vont être installés sur la RN548, au niveau du carrefour dit de la Cambuse. Les lieux ont déjà été le théâtre de nombreux accidents, plus ou moins graves, et mérite dès lors une sécurisation. Quelques dispositifs avaient déjà été installés à leur niveau et aux abords mais ne semblent pas suffisants pour réduire totalement les risques.

"C’est un lieu problématique, cela fait au moins 15 ans que l’on attend ce feu tricolore", explique Florence Lecompte (PS), bourgmestre. "C’est donc une excellente nouvelle ! Il nous avait été promis en 2021 mais la crise sanitaire a entrainé des retards à tous les niveaux. On nous le promet cette fois pour 2022. Les choses ont l’air d’être en bonne voie, nous croisons donc les doigts !" Ce feu tricolore devrait résoudre un problème de vitesse, mais pas uniquement.

Le trafic, particulièrement dense en cet endroit, devrait également être mieux géré. "Le feu devrait avoir le mérite de désengorger le carrefour et faciliter l’insertion des véhicules qui quittent les parkings des commerces installés à proximité. En heure de pointe, il faut parfois s’armer de patience pour y parvenir, et surtout redoubler de prudence car les automobilistes circulent à grande vitesse." Bref, la bourgmestre n’y voit que des avantages.

"Des aménagements ont déjà été prévus en venant d’Aulchin, d’Estinnes ou de Binche mais il y a un problème de visibilité. Les conducteurs ne voient pas le stop, ou ils le voient trop tard, et s’engagent dans le carrefour. Ce qui a pour conséquence des accidents qu’il est difficile d’éviter compte tenu de la vitesse. Elle est limitée à 70 kilomètres/heure mais c’est toujours de trop. Le mur situé juste en face doit être refait par ses propriétaires pratiquement chaque année… Ce sera aussi un soulagement pour eux !"

À ce stade, aucun délai précis n’est communiqué pour l’installation dudit feu. Mais la commune l’attend avec impatience, d’autant qu’elle ne déboursera pas un centime pour en bénéficier, au contraire de la Région wallonne, gestionnaire de la voirie.