Ses petites routes, son calme paisible, ses paysages bucoliques, sa faune et sa flore,… La liste des avantages de vivre à la campagne est longue et réjouit bien souvent ses habitants. Ceux-ci ne doivent cependant pas oublier que quelques inconvénients font également partie du package. C’est en ce sens que les autorités locales de Quévy ont décidé de rappeler quelques points de leur "charte de la ruralité et du vivre ensemble."

En effet, en pleine période de moissons, certains conducteurs contraints de prendre patience derrière un tracteur pourraient perdre patience, de même que certains riverains qui pourraient être gênés par des nuisances sonores ou encore olfactives. "L’agriculture a toujours occupé une place importante à Quévy et les agriculteurs, comme l’ensemble de nos citoyens et des acteurs économiques, contribuent au caractère rural et convivial de la commune", rappelle Muriel Cochez (MR+), échevine de l’agriculture.

"Nourrir la population, façonner le paysage,… Ces activités présentent quelques contreparties moins agréables. Les véhicules circulent toute l’année et imposent la prudence et une vitesse adaptée de la part des automobilistes. Sur la route, la patience et la prudence doivent rester la règle. Patience pour celui qui est ralenti par un véhicule agricole, prudence pour les conducteurs de véhicules agricoles, surtout dans les villages où nos enfants circulent régulièrement."

L’échevine rappelle encore que les chemins de remembrement ont été créés pour les agriculteurs. Certains, signalés par des panneaux spécifiques, sont donc exclusivement réservés aux agriculteurs et usagers lents. "L’agriculteur porte une grande responsabilité dans le maintien des caractéristiques du milieu rural. Respecter son travail l’aidera à mieux préserver le cadre de vie de tous", insiste encore Muriel Cochez.

Enfin, on rappellera que l’agriculteur est soumis à des contraintes indépendantes de sa volonté, notamment la météo et la vie à la ferme. En ce sens, il peut tout aussi bien travailler la nuit et le week-end. "Lorsqu’il travaille la nuit, ce n’est pour ennuyer qui que ce soit mais parce qu’il est soumis à des impératifs climatiques ou à un timing précis. Les activités agricoles entrainent souvent des bruits et des odeurs inévitables."

Bref, d’un côté comme de l’autre, la notion de respect doit primer, tout comme la tolérance en cette période de moissons.