C’est un projet qui fait grand bruit et qui suscite l’inquiétude des riverains qui ont pu prendre connaissance des intentions des propriétaires de la carrière du Danube, à Hautrage. En effet, une demande de permis unique pour procéder à son remblayage a été récemment introduite. Comment ce remblayage sera-t-il organisé et, surtout, quelles sont les matières qui seront utilisées ? Ce sont aujourd’hui les questions posées par les citoyens.

Visiblement, la communication des propriétaires n’a pas suffi à rassurer les plus sceptiques. "Ce remblayage est prévu avec des terres saines et des matières pierreuses naturelles. Il n’y aura pas de terres polluées dans ce remblayage. En aucun cas, il ne s’agit d’une décharge", affirmaient-ils alors qu’une vidéo de présentation était mise en ligne pour présenter cet avant-projet. Concrètement, les terres utilisées feront parties de cinq catégories dont l’usage est défini par le Décret Sols.

"Le classement des terres de un à cinq détermine l’usage que l’on peut en faire. Les cinq catégories correspondent à des terres dites saines, c’est-à-dire non polluées. Cela signifie qu’elles se trouvent en-dessous des critères de pollution et qu’elles ne doivent pas être traitées", explique-t-on du côté des propriétaires. "Les différents types de terre sont définis à la suite d’analyses chimiques lorsqu’elles sont excavées."

Elles sont ainsi dédiées à un usage naturel (type 1), agricole (type 2), résidentiel (type 3), récréatif ou commercial (type 4) ou industriel (type 5). Comme l’impose la législation, des procédures strictes de contrôle seront appliquées. Depuis le 1er mai dernier, la région wallonne impose que l’organisme public indépendant Walterre s’en charge. "Les terres de plus de 400 m3 doivent être analysées et tracées", précisent encore les propriétaires.

"Le rapport se fait par un expert agréé qui demande une analyse à un laboratoire extérieur et indépendant. Le rapport est alors envoyé à Walterre qui le contrôle et, s’il est d’accord, délivre le CCQT (certificat de contrôle de qualité des terres)." Il n’existe que deux filières possibles pour les terres excavées : "Les terres saines peuvent être utilisées dans des filières comme la carrière du Danube, les terres polluées sont envoyées en centre de traitement."

Et de poursuivre : "Le certificat délivré par Walterre attestera que les terres sont saines et qu’elles pourront être acceptées sur le site. Lorsqu’elles arriveront, on vérifiera une nouvelle fois la traçabilité avant de les accepter. Ce sont essentiellement des terres de terrassement qui ont été identifiées comme terres propres." Pour les volumes inférieures à 400 m3, il existe une dérogation et une procédure plus légère. Mais celles-ci doivent toujours être tracées.

Compte tenu des procédures en vigueur, il n’est donc pas possible de procéder au remblaiement de la carrière avec des terres polluées, notamment par l’amiante, comme certains riverains le craignent.