La problématique avait déjà été abordée mais force est de constatée que les solutions envisagées jusqu’à présent n’ont pas permis d’y mettre un terme. Lors de la dernière séance du conseil communal de Frameries, Catherine Fonck (Be Frameries) a une fois encore interpellé la majorité PS-MR au nom des riverains de la rue Baudouin, à Eugies, victimes d’importantes nuisances, tant sonores qu’environnementales.

"La police de l’environnement était descendue sur les lieux et vous aviez de votre côté promis aux riverains de faire évoluer positivement les choses", a-t-elle rappelé à l’attention du bourgmestre, Jean-Marc Dupont (PS). "De manière transitoire, une amélioration a effectivement été constatée. Mais aujourd’hui, la situation est à nouveau catastrophique, avec des nuisances le jour, la nuit et les week-ends."

Pour la conseillère communale, il est temps de prendre le dossier à bras-le-corps. "Une solution structurelle doit être dégagée au bénéfice des riverains car la situation est intenable pour eux." De son côté, le maïeur a souligné que ses engagements avaient été tenus. "Les exploitants du site ont fait l’objet d’une communication coercitive. Nous leur avons rappelé, de manière détaillée, ce qui était autorisé, interdit ou régularisable."

Cette communication est intervenue il y a déjà plusieurs semaines. "La majorité des interpellations provient d’un seul riverain, le voisin direct de l’entreprise. Si la situation s’est à un moment donné améliorée, c’est justement parce que nous sommes intervenus. Une série d’activités ont été déménagées ou stoppées. Le riverain a fait état de nuisances sonores en soirée et en week-end, nous avons dès lors sollicité une nouvelle fois la police, qui a tous les éléments pour éventuellement verbaliser."

Et de poursuivre : "Nous sommes en état de droit, nous n’avons pas toutes les cartes en main, une série d’activités restent permises. Nous aurons d’ici peu un inventaire exhaustif des activités autorisées ou non et de celles qui doivent faire l’objet d’une régularisation par notre administration. Pour ce qui concerne le dernier épisode, dès que nous aurons le rapport de la police, nous ne manquerons pas de reprendre contact avec les riverains et, s’il y a infraction constatée, de les faire suivre de sanctions."