C’est un choix assumé par la majorité pluraliste PS-MR&Citoyens. Ce lundi soir, le conseil communal de Saint-Ghislain a voté sa première modification budgétaire pour l’année 2021, permettant ainsi de libérer au budget extraordinaire 12 millions d’euros, à consacrer à la réalisation de divers investissements et projets, tandis qu’à l’ordinaire, une partie du budget sera consacrée au plan de relance économique mis en place dans le cadre de la crise sanitaire.

“De mémoire – et pourtant, je suis là depuis longtemps – nous n’avons jamais eu un montant aussi important à l’extraordinaire”, se félicite Daniel Olivier (PS), bourgmestre. “En Belgique, pays du surréalisme, lorsque l’on a des réserves, il vaut mieux les investir car les placer nous coûte de l’argent. Ces investissements sont donc consentis sur fonds propres, et non par emprunt. Nous avons décidé d’investir, avec énormément de réflexion bien sûr et sans que ce ne soit pharaonique, pour que les citoyens en profitent.”

C’est peu de le dire puisqu’après avoir profité de bons à valoir en décembre dernier, les Saint-Ghislainois de tout âge profiteront de 25 euros supplémentaires, à utiliser dans les commerces de l’entité. Le coût de l’opération s’élève pour la commune à 590 000 euros. “Ces bons à valoir ne seront plus imprimés sur papier mais versés directement sur une carte de débit, qui pourra être utilisée pour toutes les primes accordées par la ville.” Cette dernière devrait être disponible fin juin.

Notons encore que le monde associatif n’est pas en reste. “Nous avons prévu une somme de 50 000 euros, destinée aux associations sportives, culturelles, sociales et de jeunesse qui ont poursuivi leurs activités dans une certaine mesure, par exemple avec les jeunes, ou qui ont dû continuer à assurer des frais fixes.” Au total, les aides proposées par la ville de Saint-Ghislain dans le cadre de la crise sanitaire s’élèvent, depuis le début, à près de 2,1 millions d’euros.

Mais loin de se focaliser sur ce contexte de crise uniquement, la ville a décidé de mener d’autres projets. Tout d’abord via l’octroi d’une prime allant de 50 à 200 euros pour l’achat de vélos, électriques ou non, neufs ou d’occasion auprès de professionnels, afin d’encourager la transition vers une mobilité douce. L’opération représente un coût de 10 000 euros.

La commune entend également soutenir son personnel (augmentation de la valeur des chèques-repas, recrutements, nomination) et lui apporter davantage de confort. Le hall de maintenance sera ainsi agrandi, des bureaux seront construits à l’étage et un nouveau bâtiment sortira de terre à Tertre, face au Colruyt, afin d’héberger les services du CPAS. “Notre personnel a souffert aussi pendant la crise, il est resté sur le terrain et nous voulons l’en remercier.”

Enfin, divers investissements sont prévus en matière de voiries, de sécurité (éclairage public, aménagements routiers) ou dans les écoles de l’entité, dont plusieurs profiteront de travaux d’extension. Des d’investissements nécessaires, qui ne plombent cependant pas les finances communales, les comptes étant toujours en boni.