La vie reprend son cours, à tel point que l’on pourrait avoir l’impression que la crise sanitaire est enfin derrière nous. Et pourtant, certaines restrictions sont toujours d’application. Du côté de Saint-Ghislain, par exemple, l’accès aux parcs communaux reste limité et le restera jusqu’au 30 juin prochain au minimum. Un arrêté a été pris en ce sens et est porté à la connaissance des visiteurs aux entrées des parcs.

Pour certains citoyens, l’incompréhension domine. Mais pour les autorités communales, il s’agit d’une mesure de prudence. "Tous nos parcs sont concernés", confirme le bourgmestre, Daniel Olivier (PS). "Le parc du Grand Jardin et le parc de Tertre sont fermés au public dès 19h30 et ne rouvrent leurs portes que le lendemain à 6 heures. Le parc de Baudour est quant à lui fermé à partir de 21 heures."

Ces mesures sont justifiées par la période de crise, notamment, mais pas uniquement. "Nos parcs ont la particularité d’accueillir des écoles, la promotion sociale ou l’académie de musique. Nous voulons limiter les risques de dégradations et mais aussi éviter que des rassemblements ne se forment en soirée. C’est un problème que l’on constate notamment du côté de Baudour." Il semble en effet que divers trafics y soient organisés.

"Les caméras de surveillance ne pourront pas systématiquement y être installées mais elles nous seront bien utiles", souffle encore le bourgmestre. "Nous avons également dû prendre des précautions car des sangliers y avaient été repérés. Une autorisation de traque et de tirs avait été accordée aux chasseurs, qui se sont rendus sur les lieux la semaine dernière mais vendredi, j’ai été prévenu qu’ils n’avaient pas été aperçus."

Bref, pour l’heure, l’accès aux parcs reste restreint. "La mesure reste d’application encore 15 jours. Pour la suite, nous verrons. Le principe de prudence doit dominer, nous ne souhaitons pas relâcher trop vite tous nos efforts. C’est notamment pour cela qu’il n’est pas encore permis d’abandonner le masque buccal dans nos rues. Il peut être enlevé pour manger, pour boire ou fumer mais il doit être conservé dans les rues commerçants, aux abords des écoles."

La vie « normale » n’est plus qu’à un pas mais il faudra tout de même encore prendre patience pour que certaines mesures soient définitivement levées.