Les élèves ont notamment été sensibilisés par Infrabel.

Cette semaine, tous les élèves des écoles secondaires de la région ont fêté la fin de leurs examens de Noël. Tous ou presque. Car au Lycée Charles Plisnier de Saint-Ghislain, il n'y avait pas de session d'examen. Il n'y avait donc rien à fêter... sauf la venue de la ministre de l'éducation Caroline Désir (PS). "Elle nous a fait l'honneur de venir voir comment se déroulent nos activités de fin décembre", se réjouit Dimitri D'Agostino, directeur de l'établissement. "Je pense que cela s'inscrit bien dans le cadre du pacte pour un enseignement d'excellence."

La ministre a pu observer les élèves en action durant cette période très spéciale. Cette semaine, ils ont par exemple pu découvrir une scène de crime et se mettre dans la peau d'enquêteurs, apprendre à faire un massage cardiaque, revêtir la robe de magistrat pour simuler un procès, suivre une animation sur l'immigration, sur le harcèlement scolaire, sur Gaia ou encore Amnesty international. Même Infrabel s'est installé dans les couloirs de l'école.

© SH

Le gestionnaire du réseau ferroviaire est venu présenter aux élèves une animation de sensibilisation au respect des règles de prudence aux abords des rails. Après une petite présentation éducative, ils ont pu s'immerger dans une situation dramatique grâce à un casque de réalité virtuelle. "Apprendre autrement, c'est vraiment l'objectif poursuivi", assure le directeur. "La sécurité et la responsabilisation, ça fait aussi partie des choses à enseigner."

Cela fait quatre années, depuis l'arrivée de Dmitri D'Agostino à la direction, que les élèves du Lycée Charles Plisnier n'ont plus de session d'examens à Noël. "Les élèves ont eu cours jusqu'à vendredi dernier puis nous avons organisé une semaine complète d'activités pédagogiques alternatives avec plus de 30 animations différentes, en fonction de leurs options. Nous évaluons aussi mais à d'autres moments. Nous préférons poursuivre les apprentissages durant trois semaines supplémentaires plutôt que de perdre du temps avec la méthode traditionnelle."


© SH

© SH

© SH