Borinage

Par mesure de sécurité, des barrières encerclent l'édifice.

On ne badine pas avec la sécurité ! Il y a quelques jours, les services techniques de la ville de Saint-Ghislain et Luc Dumont (PS), échevin des travaux, constataient la présence d’une fissure sur la partie droite du haut de la tour Ockeghem, située à deux pas de la Grand-Place de Saint-Ghislain. Par précaution, des barrières nadar ont donc été placées pour encercler le monument.

« Nous avons profité de la présence d’une firme qui effectuait des travaux sur le clocher pour utiliser leur nacelle et ainsi aller inspecter d’un peu plus près cette fissure. Nous voulions tenter de savoir si elle était récente ou déjà présente depuis quelques années. Selon les constatations établies, elle est plutôt récente », explique l’échevin des travaux.

© Lacroix

Des contacts ont d’ores et déjà été pris avec une firme spécialisée dans les interventions et la protection de ce genre de monument. « Une intervention est prévue mardi. Elle devrait s’étaler jusqu’à vendredi. Elle consiste à placer sur le haut de la tour quatre poutrelles, à chaque angle de la tour donc, reliées par des sangles qui maintiendront un filet de protection. »

L’échevin insiste : on se trouve actuellement dans une logique de protection. « Dans l’attente d’une inspection plus approfondie, nous avons décidé de placer ces barrières. Les travaux de prévention ne pouvant être entrepris que mardi, nous ne voulions pas prendre le moindre risque. Une fois ce travail effectué, nous en saurons plus et nous pourrons réévaluer les risques potentiels. »

Si cela s’avérait nécessaire, une firme spécialisée sera contactée afin d’envisager des réparations. La tour Ockeghem fait partie intégrante du paysage saint-ghislainois. Il est vrai qu’elle ne date pas d’hier : il s’agit en fait de la tour de l’ancienne église Saint-Martin, construite au XVIe siècle et remaniée à la fin du XIXe. Le reste de l’église avait quant à lui été enfoui sous les bombes en 1944.