La construction d’une nouvelle crèche sur l’entité de Saint-Ghislain est espérée par les parents depuis de nombreuses années déjà. Et pour cause. En Wallonie en 2020, le taux de couverture en places d’accueil pour la petite enfance était de 38 places pour 100 enfants. La demande est donc bien supérieure à l’offre. Consciente de la situation, la majorité saint-ghislainoise a dans ses cartons un projet de nouvel établissement. Mais le mettre en œuvre n’est pas si simple.

"C’est un dossier qui ne date effectivement pas d’hier, malheureusement", soupire Florence Monier (PS), échevine en charge de la petite enfance. En 2014, c’est du côté de la gare que les regards s’étaient tournés. Mais les subsides un temps espérés n’avaient pu être dégagés, obligeant les élus locaux à revoir leur copie. "Nous avions envisagé un terrain du côté de Douvrain mais tout était trop compliqué et nous nous devions d’avancer plus rapidement."

L’ancien bâtiment du home du CPAS, à Tertre, a également été considéré comme une possibilité. "Mais son état n’a pas permis de pousser la réflexion plus loin. Nous avons donc cherché un terrain. Et il se trouve que nous en avons trouvé un, appartenant justement au CPAS. Il n’était pas mis en vente mais il est idéalement situé et permet l’aménagement d’un parking." Les discussions entre l’administration et le CPAS ont donc été lancées.

"Nous avons obtenu confirmation qu’une mise en concurrence n’était pas nécessaire et que nous pouvions acheter ce terrain sans difficulté car cela reste dans le giron communal. Le CPAS doit désormais entreprendre les démarches nécessaires en interne mais nous allons pouvoir acheter ce terrain – en réalité quatre lots – pour un montant de 400 000 euros. Une fois la vente officialisée, un auteur de projet pourra rapidement être désigné."

28 places d’accueil seront in fine ouvertes. "Nous savons que c’est bien insuffisant pour faire face aux nombres de demandes mais cela nous permet malgré tout d’augmenter notre capacité d’accueil", insiste Florence Monier. Au total, près d’1,5 million d’euros devrait être consacré à cet important projet, financé sur fonds propres via emprunt. Des subsides seront décrochés mais uniquement pour ce qui touche aux emplois.

Côté calendrier, il est bien difficile de se prononcer tant les étapes à franchir restent nombreuses. "On est encore loin du permis d’urbanisme et compte tenu des obstacles rencontrés ces dernières années, nous préférons nous montrer prudents…" Si tout se déroule sans le moindre encombre, la demande de permis d’urbanisme pourrait intervenir avant la fin de cette année 2022 pour une obtention début 2023.

L’ouverture officielle de la crèche serait quant à elle à espérer dans le courant de l’année 2024, au mieux.