C'est ce que les autorités communales ont annoncé ce lundi soir au conseil communal

Ces derniers mois, l’entreprise Yara, située rue de la Carbo à Tertre, a inquiété les riverains voisins à plusieurs reprises. Début février, un arrêt de l’unité d’ammoniac donnait lieu à un bruit sourd et puissant et au dégagement d’une fumée orange. Quelques jours plus tard, via la zone de police boraine, l’usine annonçait qu’elle allait procéder à l’arrêt d’une unité. Et donc qu’une fumée pouvait être visible au loin.

Ce lundi soir, cette communication tantôt trop tardive, tantôt anticipée, a fait l’objet de discussions au conseil communal de Saint-Ghislain. Laurent Drousie (Osons!) s’interrogeait ainsi sur l’organisation des communications. « Comptez-vous clarifier cette situation et, en particulier, la relation de dépendance qui s’établit entre deux entités, certes partenaires à plusieurs niveaux, mais qui en même temps, pour le niveau communal, doit garantir son rôle d’autorité publique ? »

Majorité et opposition se sont entendus sur la difficulté de communiquer efficacement dans pareille entreprise. « Il y a quelques mois, la communication de l’entreprise laissait à désirer car elle était pour ainsi dire inexistante, ce qui pouvait donner lieu à de l’inquiétude au sein de la population », a rappelé Daniel Olivier (PS), bourgmestre. « La dernière fois, la communication était peut-être inutile puisque finalement, aucun nuage de fumée n’était visible. »

Et d’ajouter : « en novembre, lorsque nous nous étions rencontrés, la direction nous avait expliqué la difficulté pour elle de gérer cet aspect communicationnel alors que le siège de l’entreprise est situé en Norvège. Le directeur nous a finalement annoncé son intention de s’entourer de professionnels de la communication afin de tenter de trouver le juste équilibre. Ce qui n’est certainement pas simple. »

Jusqu’ici, en cas d’arrêt ou de relance planifiées, la ville relayait le commentaire de l'entreprise afin de rassurer les citoyens. Par moment, le message était également transmis au 112 afin de pouvoir rapidement calmer les esprits en cas d’appel aux services de secours. Finalement, Yara devrait tenter de faire au mieux. Même si la communication relative à un incident, comme la mise en sécurité d'une unité, reste imprévisible et nécessite donc du temps puisque les causes doivent être recherchées.