Ca balance pas mal sur le dos de la SNCB sur les réseaux sociaux en ce moment. La cause? Retards, annulations de train...Parmi les plaignants, les navetteurs de Mons-Borinage ne sont pas en reste. "Nous sommes débordés de plaintes concernant la L96", indique l'asbl Navetteurs.be. La L97 vers Quiévrain n'est pas mieux, voire pire. Jeudi matin encore, l'affluence de trois trains s'est retrouvée dans un convoi suite à l'annulation d'un train et le retard important d'un autre.

Cette recrudescence de plaintes illustre-t-elle une augmentation des incidents? "C'est difficile à dire. Beaucoup de gens qui faisaient du télétravail reprennent le train, et du coup plus de gens se plaignent. Je crains malheureusement que la ligne est quelque peu délaissée, avec des automotrices pas ultramodernes", explique Gery Baele, de Navetteurs.be.

Frank Poupon ne dit pas autre chose. Depuis 2017, il fait la navette entre Frameries et Bruxelles. "On est tellement habitué à cette situation qu'on n'en tient même plus compte", dit-il un brin désabusé. "Tous les jours au matin, il y a une dizaine de minutes de retard et 5 à 10 minutes au retour. On est bloqué pour un feu, un accident, une congestion de trafic..."

Conséquence: "quand je dois arriver à l'heure à un rendez-vous, je prévois toujours un train à l'avance." Et pour le retour, la correspondance vers Frameries lui passe souvent sous le nez. "Soit je patiente une heure à Mons, soit quelqu'un vient me chercher." Tout le monde n'a pas cette patience, et certains délaissent les arrêts périphériques pour prendre le train à Mons, augmentant la congestion de la ville et des parkings.

Matériel défectueux

Comment expliquer un tel bazar sur ces lignes? "Le matériel roulant utilisé est clairement problématique" répond Navetteurs.be, sur base des témoignages. "C'est du vieux matériel qui tombe souvent en panne. Petite anecdote: j'ai repris le train mercredi, c'était une vieille rame sans climatisation. Et les fenêtres battantes étaient bloquées. J'ai passé 1h15 enfermé dans un train en pleine canicule, sans air frais", poursuit Frank.

En plus du matériel obsolète, le manque ou défaut d'entretien serait également responsable du nombre de problèmes techniques rencontrés. "Quand vous sautez l'entretien de votre véhicule, vous augmentez le risque de panne. Pour les trains, c'est la même chose", note Gery Baele.

La situation va-t-elle prochainement s'améliorer? Selon différents cheminots, du matériel plus récent devrait rouler sur la ligne Liège-Bruxelles-Quiévrain, dès le 30 mai, à savoir les voitures M7 à deux niveaux. "Si elles sont réparées d'ici là et qu'il y a assez d'agents formés", lâche un cheminot. Pour un autre conducteur, ces voitures modernes ne sont pas non plus la panacée. "Les M7, nouvelles, tellement incroyables que deux rames attendent à Schaerbeek de retourner chez le constructeur car trop de problèmes." Bref, les navetteurs devront encore prendre leur mal en patience...