C’est devenu une tradition au fil des années : lors de la rentrée scolaire et des jours qui suivent celle-ci, les différents services de la zone de police réinvestissent le terrain pour sensibiliser les parents à l’importance de respecter le code de la route, y compris en matière de stationnement, afin de garantir la sécurité des enfants.

Pour que le message passe au mieux, ce sont ces mêmes enfants qui sont mis à contribution. Habillés en policiers et encadrés par leurs aînés, ceux-ci distribuent aux conducteurs des cartons verts, synonyme de bon comportement, et des cartons rouges : stationnement sur un trottoir, trop proche d’un passage clouté ou en double file, les motifs de sanction sont nombreux.

© E.B.

"L’objectif, c’est d’attirer l’attention des conducteurs et leur rappeler quelques points essentiels pour garantir la sécurité des enfants et de tous ceux qui circulent à proximité des implantations scolaires", explique Frédéric Carton, directeur des proximités de la police boraine. "Une fois cette phase de sensibilisation terminée, nous entrerons dans la phase de répression. Les quelques conducteurs qui n’auraient pas compris le message seront verbalisés."

Ceux-ci ne sont heureusement pas nombreux. "La campagne se passe généralement très bien. Le fait que ce soit les enfants qui distribuent les bons et mauvais points donne une autre dimension à l’action. Celle-ci ne se limite d’ailleurs pas à une heure en matinée : les enfants en discutent entre eux et au soir, avec leurs parents. C’est le but recherché, les enfants sont les premiers concernés, ils peuvent susciter une prise de conscience chez leurs parents."

Ce mardi, c’est autour de l’implantation scolaire de la rue Olivier Lhoir, à Tertre, que les petits policiers se sont dispersés. "Ce n’est pas vraiment une rue problématique mais nous sommes très proches d’un carrefour et certains parents stationnent en double file, ce qui peut entraîner des comportements dangereux de la part de certains usagers qui souhaitent doubler", constate Cindy De Carolis, directrice. Visiblement, la présence des policiers a eu un effet positif, ce mardi matin.

"Beaucoup se sont stationnés plus loin et ont amené leurs enfants à pied. Ce n’est pas toujours le cas, il semble avoir eu un peu peur de venir stationner devant l'école !" Les enfants, scolarisés en 3e, 5e et 6e primaire, ont en tout cas pris leur rôle très à cœur. De quoi peut-être susciter quelques vocations…