Les travaux sur la canalisation sont clôturés, reste donc maintenant à réparer la chaussée.

Fin mars, une partie du terrain bordant la rue des Herbières s’affaissait et poussait les autorités communales à prendre des mesures de sécurisation en interdisant la circulation à l’entrée de cette même route, entre l’avenue du Grand Air et la rue Defuisseaux. Quatre mois plus tard, les réparations sur les canalisations ont été clôturées. Pour les réparations à entreprendre directement sur la voirie et ses abords, il faudra par contre encore prendre patience.

"Depuis plus d’un mois, nous relançons régulièrement notre contact au sein de l’intercommunale IDEA pour finaliser la préparation du chantier", explique Luc Dumont (PS), échevin des travaux. "Le marché public a été attribué, l’intercommunale relance donc de son côté l’entrepreneur chargé d’exécuter le travail. Nous sommes dans une période particulière, avec de nombreuses sociétés en congés mais nous espérons pouvoir communiquer officiellement et plus précisément sur le dossier dans le courant de la semaine prochaine."

Impossible donc de se prononcer aujourd’hui sur les délais nécessaires à la réparation de la chaussée, le planning devra être établi par l’entreprise, en concertation avec l’intercommunale. "Les mesures que nous avions prises à l’époque sont toujours d’actualité. Nous espérons pouvoir rouvrir le tronçon à la circulation très prochainement, ce qui sera un soulagement pour beaucoup. Mais la route doit être refaire sur une cinquantaine de mètres au moins, et en profondeur. Ce n’est donc pas pour demain."

Les travaux sont à charge de l’intercommunale puisque c’est l’une de ses conduites qui avait provoqué l’affaissement de terrain. Cette même conduite est utilisée par plusieurs entreprises du zoning afin de transporter leurs effluents épurés pour finalement être rejetés dans le milieu hydrographique. En marge de cet affaissement, plusieurs centaines mètres cubes d’eau s’étaient déversées dans la prairie, suscitant l’inquiétude de plusieurs riverains et du groupe de l’opposition Osons !.