Une belle initiative a pris place au sein de l’Athénée royal de Quiévrain où, d’après nos confrères de Sudpresse, trois élèves de cinquième année ambitionnent de créer un dôme végétal afin d’accueillir des cours en extérieur. Supervisé par leur professeur Adélaïde Richard, le projet a pour but d’améliorer le cadre de vie au sein de l’école. Une architecte spécialisée dans ce type de construction est venue apporter son expertise afin que le dôme puisse prendre place de la meilleure des façons possibles.

La structure principale de ce dôme sera constituée de plants de Saule dont les racines se développeront d’elles-mêmes. "C’est très ancien comme technique", indique Chloé Schmutz, architecte, à nos confrères de Sudpresse. "Elle était utilisée pour fabriquer des clôtures pour moutons. Pour former la structure, les élèves ont planté des bâtons dans le sol qu’ils ont liés avec des cordes. La nature se chargera du reste."

A terme, le dôme devrait pouvoir accueillir une vingtaine d’élèves. Un toit de branches le protègera des intempéries. Trois entrées distinctes permettront de pénétrer à l’intérieur du dôme. Trois à quatre années seront nécessaires avant de le voir opérationnel. Le climat humide de la région permettra à la structure de prendre forme sans avoir besoin de l’arroser. Pendant ce temps-là, Adélaïde Richard et ses élèves auront le temps de construire davantage de bancs et d’assises, nécessaires à l’accueil des élèves.

Cette construction unique dans la région vient donc s’ajouter aux nombreuses initiatives zéro déchet et écologiques mises en place à l’Athénée royal de Quiévrain. D’autres plantes ont d’ailleurs été plantées à l’occasion, notamment des bulbes, que les élèves laisseront pousser pour permettre à la biodiversité de s’exprimer. Un beau projet donc que Chloé Schmutz viendra superviser tous les ans afin de s’assurer qu’il se développe correctement.