La cour de récréation sera transformée grâce aux enfants et à l'implication d'un artiste

L’art s’invitera très prochainement dans la cour de récréation de l’école communale Rampe Anfouette, située à Colfontaine. En effet, l’équipe éducative, en parfaite collaboration avec le MAC’s, souhaite transformer cet espace de vie en un lieu d’art favorisant la rencontre et le bien-être des petites têtes blondes.

Pas moins de 126 enfants, sept instituteurs, cinq guides-animateurs et l’artiste Jean Glibert sont concernés par ce projet « Pimp My School. » « L’embellissement de notre cour de récréation fait partie de notre projet d’établissement. L’équipe éducative et les élèves se sont penchés sur la question et c’est lors de la visite de l’une des expositions du MAC’s et à l’issue d’une rencontre avec Joanna Leroy, co-responsable du service culturel du musée, que l’idée a germé », explique Jean-Michel Smeets, directeur de l’école.

Une campagne de financement participatif a été lancée afin de récolter l’argent nécessaire. Sur les 10 000 euros espérés, 485 euros ont été versés par 11 contributeurs. « Notre objectif, c’est d’améliorer le cadre de vie quotidien de nos élèves en délimitant notamment des espaces spécifiques à chaque besoin : un espace de jeux, un espace de détente, un espace d’isolement,… Nous nous sommes aperçus que les enfants étaient en demande de plus de sécurisation au niveau de leur cour. Ce projet devrait nous permettre d’y arriver. »

Durant six mois, les élèves concernés profiteront de visites guidées au MAC’s, d’ateliers d’art à l’école et de rencontres avec l’artiste Jean Glibert. Ils créeront ainsi leurs propres bacs potagers artistiques. Des bancs seront également installés. « C’est un projet extrêmement positif puisqu’il a été pensé par les enseignants et les enfants : ceux-ci auront un rôle important à jouer, ils seront acteurs et auront les cartes en main pour améliorer leur lieu de vie. »

Impossible aujourd’hui de se prononcer sur le timing de l’opération. La campagne de financement participatif prendra fin dans 36 jours. D’ici là, des réunions entre les autorités politiques locales – qui soutiennent évidemment l’initiative, – les professeurs et l’équipe du MAC’s seront organisées pour planifier cette aventure censée « augmenter la qualité de vie de l’ensemble des habitants d’une école pour les 20 prochaines années et contribuer à sensibiliser les générations futures à l’art et à son impact positif sur le développement. »