Une marche blanche était organisée ce dimanche matin.

La gentillesse, l’humour et la serviabilité de William Guichart sont encore dans tous les esprits. Un peu plus de deux mois après son tragique décès, ses proches ont décidé de lui rendre hommage. Ils étaient entre 150 et 200 à s’être réunis ce dimanche matin afin de participer à une marche blanche. Au départ du stade Saint-Lô, lieu hautement symbolique puisque l’homme y était entraineur depuis de longues années, ils se sont dirigés vers le Aldi de Tertre, lieu de son décès, pour se recueillir et lâcher quelques ballons en sa mémoire.

Difficile pour tous ceux qui ont connu ce Colfontainois de 50 ans, décrit comme un bon vivant ayant la main sur le cœur, de retenir les larmes. Connu et très apprécié dans la région, il a laissé derrière lui une ex-compagne et deux enfants, une sœur mais aussi des amis, des collègues, de jeunes et moins jeunes sportifs qui ont à un moment donné croisé sa route pour évoluer. Car William Guichart, en plus d’être coach d’athlétisme, avait également joué, coaché, dirigé et arbitré un club de volley. Il était par ailleurs steward pour Belfius Mons-Hainaut.

Sa meilleure amie, Alexandra, a pris la parole ce dimanche. " Pour que des individus violents, dangereux, malades ne circulent plus dans nos rues. Pour que la violence gratuite n’existe plus. Non à la violence gratuite, non à ta mort tellement injuste. Ce sont des phrases simples mais représentatives de notre sentiment. Un sentiment d’injustice tellement présent au plus profond de nous. Un homme nous a enlevé un fils, un père, un frère, un ami, un confident, un coach. C’est inacceptable et pourtant, il faut continuer à avancer avec cette douleur mais aussi avec l’espoir d’un monde plus juste, où toute violence serait éradiquée, où la mort ne serait pas le fruit de futilités."

Maud, son ex-femme a également tenu à prendre le micro quelques secondes afin de remercier les participants à cette marche et à ce lâcher de ballons, "symbole d’espoir." "Profitez de chaque moment. 12 heures avant le moment tragique, mes enfants étaient encore avec leur papa. Nous nous sommes dit au revoir… Et quelques heures plus tard, nous avons dû leur dire que leur papa n’était plus là. Profitez de chaque instant, ne vous disputez pas pour des bêtises, cela n’en vaut pas la peine. D’un moment à l’autre, tout peut changer."

Il n’avait en effet fallu que quelques minutes pour que la vie de William Guichart ne prenne fin. Il était environ 18 heures le 6 novembre dernier lorsqu’une bagarre avait éclaté entre William Guichart et Logan B. Le premier avait été routé de coups et s’était écroulé. En quittant les lieux à bord d’un véhicule, Logan B., avait heurté la victime qui se trouvait au sol. D’abord recherché, l’auteur des faits avait pu être interpellé. Inculpé de meurtre, il avait été présenté devant la chambre du conseil qui avait décidé de son maintien en détention. Rappelons encore qu’au moment du drame, ce Dourois de 32 ans était porteur d’un bracelet électronique qui aurait dû lui être enlevé au lendemain des faits.

C’est une queue de poisson, survenue quelques minutes avant l’arrêt sur le parking de l’enseigne Aldi, au niveau du carrefour situé sur la RN547 en direction du centre de Saint-Ghislain, qui aurait été à l’origine de l’altercation.