Borinage

Les navetteurs pourraient stationner leur véhicule sur un parking avant de prendre le bus vers la gare.

Abandonner la voiture au profit du train pour se rendre au travail, de nombreuses personnes ont déjà franchi le pas. Mais pour rejoindre la gare de Mons, trop d’usagers utilisent encore leur véhicule. Pour changer la donne, des lignes de bus rapides seront prochainement mises en œuvre au départ de plusieurs communes.

Dont Dour, la commune du ministre wallon de l’environnement Carlo Di Antonio (cdH). « L’idée, c’est de tester des lignes rapides et d’inciter les navetteurs à laisser leur voiture sur place avant de monter dans un bus et de rejoindre la gare de Mons », explique-t-il. Des cars seraient ainsi mis à la disposition des usagers à raison de deux fois en matinée et deux fois en soirée.

Dans un premier temps, une dizaine de lignes seraient testées. « Les premiers tests pourraient débuter d’ici un mois environ, au départ de Dour mais pas seulement. La commune de Honnelles cherche de son côté un parking adapté. À termes, nous souhaiterions proposer une centaine de lignes de ce genre. Elles permettraient de désengorger les centres-ville et donc le parking des gares. »

Un budget régional de plusieurs millions d’euros est prévu à cet effet. « Les avantages sont nombreux puisque le trajet serait tout aussi rapide qu’en voiture. Le car monterait sur l’autoroute et ne ferait pas d’arrêt intermédiaire. Il s’agit de places assises : entre 50 et 60 personnes pourraient donc avoir recours à ce mode de transport en commun. » La seule contrainte finalement réside dans le fait d’avoir un horaire stable.

« Nous espérons que les usagers se montreront intéressés. À Dour, nous disposons d’un parking de quelque 300 places gratuites, dont une cinquantaine seulement sont utilisées en journée. Il est nécessaire de travailler sur la complémentarité bus-train. Pourquoi prendre sa voiture pour rejoindre une gare et se compliquer la vie en matière de stationnement si d’autres alternatives existent ? » Évidemment, la mobilité en serait améliorée et l’impact pour l’environnement incontestable.

Notons encore qu’un projet sera développé en parallèle de celui-ci. « Nous souhaitons également aménager sur le site du parking un lieu sécurisé pour les vélos, notamment électriques. Les usagers pourraient donc rejoindre le parking à vélo, le laisser sur place sans crainte et monter dans le bus pour rejoindre la gare. » Les démarches pour octroyer le marché à une société de bus sont d’ores et déjà en cours.