Tradition oblige, le premier mai rime avec muguet. Cette année encore, à l’approche de la fête du travail et de la fête des mères, les stands de vente de fleurs fleurissent un peu partout sur les bords de route. Si l’initiative en ravira plus d’un, elle est soumise à une série de règles, que la zone de police boraine a préféré rappeler.

En matière de ventes « sauvages », pas question en effet de faire n’importe quoi. Les commerçants ambulants doivent détenir une autorisation délivrée par la banque carrefour des entreprises, mais aussi être détenteurs d’une autorisation fournie par l’Autorité Communale. Deux conditions qui doivent impérativement être remplies pour éviter les problèmes.

Car cette année encore, des équipes de la zone de police seront déployées sur le terrain afin de veiller au strict respect des mesures. Des mesures auxquelles s’ajoutent, en plus, la nécessité de procéder à la vente de ces muguets porte-bonheur dans le respect des règles sanitaires, toujours en vigueur en cette période de crise.