On dit que l'amour est bleu. C'est en arborant fièrement leurs couleurs libérales que Georges-Louis Bouchez et Egbert Lachaert sont venus afficher leur "bromance" à Mons jeudi après-midi. Avant-dernière étape d'une grande tournée à travers la Flandre et la Wallonie qui les conduira au Congrès du 22 octobre à Bruxelles pour les 175 ans du parti libéral belge.

Le président du MR et son homologue ont déjà visité ensemble Liège, Anvers ou Gand. Mais pour Georges-Louis Bouchez, ce passage au fief a une saveur particulière. "Je suis heureux de pouvoir faire découvrir la ville à Egbert en lui montrant qu'il y a aussi un passé libéral à Mons, comme en témoigne cette place Roger de Looze", explique le président du MR. "C'est aussi l'occasion de lui faire visiter l'entreprise I-Care qui est un des plus grands succès de notre région. Preuve qu'il y a des talents chez nous et qu'on peut réussir."

Pour Egbert Lachaert, cette tournée permet de porter un autre regard sur la Wallonie, et Mons plus particulièrement. "C'est une ville agréable que j'ai déjà pu visiter. Mais en Flandre, c'est une région qui est tout de même plutôt connue pour des problèmes économiques", comment le président de l'Open VLD. "C'est aussi une région connue pour porter un socialisme très fort. Or, avec Georges-Louis, nous pensons justement que le libéralisme apporte des réponses pour le futur. Si nous n'avons pas des entreprises fortes dans le privé, on ne peut pas financer la sécurité sociale. C'est notre responsabilité au Nord et au Sud du pays de faire avancer cette région sur le plan économique."

Si la Belgique est connue pour s'écharper sur des problèmes communautaires, nos deux libéraux ont la ferme intention de jouer dans la même équipe. "On a fortement travaillé notre lien", confirme Georges-Louis Bouchez. "On l'a déjà vu lors des précédentes négociations fédérales. Notre volonté en 2024, c'est d'être ensemble partout", conclut Georges-Louis Bouchez.