Un terrain d’entente a finalement été trouvé entre le comité ReVolht, qui représente les citoyens dans le dossier de la Boucle du Hainaut, et le gestionnaire du transport d’électricité Elia. Une rencontre sera organisée entre les deux parties le 19 mars prochain, en présentiel. Comme l’avait réclamé le comité, un représentant citoyen par commune y sera convié, au lieu d’un maximum de quatre personnes d’abord proposé par Elia.

Les points proposés par l’asbl ont par ailleurs été inscrits à l’ordre du jour. Il s’agit d’une présentation du projet déposé à l’administration wallonne le 6 janvier dernier, d’un exposé des éléments pris en considération dans les 22.000 courriers envoyés par les citoyens, d’une présentation des différentes alternatives envisagées à ce jour par Elia au 100% aérien et, finalement, d’un éclaircissement quant aux liens entre le projet de 150 kV et le projet Boucle du Hainaut, "liens qui n’apparaissent pas dans le dossier actuel."

"ReVolht se réjouit que ses demandes aient été rencontrées et remercie dès lors Elia de ce geste d’ouverture qui, nous l’espérons, sera suivi d’autres", précise encore le comité. Il y a quelques jours, ce dernier avait déjà salué ce "petit pas vers la population", probablement consenti "sous la pression politique." L’association entendait cependant fixer ses propres conditions, estimant que jusqu’ici, le dossier était pour le moins opaque et regrettant "que les 14 communes concernées n’aient pu bénéficier des rencontres citoyennes promises."

Pour des raisons sanitaires mais également pour des raisons de sécurité alors que le dossier se veut particulièrement sensible, le lieu et l’heure de la rencontre ne seront pas communiqués. Pour rappel, la Boucle du Hainaut est présentée comme la réalisation, à l'horizon 2028, du "chainon manquant" dans le transport d'électricité à travers la province. La nouvelle ligne à 380 kV s'étirerait sur 84,8 kilomètres, le parcours envisagé courant entre le poste à haute tension d'Avelgem et celui de Courcelles, via 14 communes hainuyères... Qui s'opposent donc fermement à ce projet.