Le comité "ReVolht", qui représente les citoyens dans le dossier de la Boucle du Hainaut, a indiqué mardi que le gestionnaire du réseau de transport d'électricité Elia, qui porte le projet controversé, souhaite le rencontrer. Le comité veut toutefois fixer ses propres conditions, a indiqué "ReVolht".

L'ASBL a reçu une invitation pour une rencontre avec le gestionnaire de réseau de transport électrique belge Elia, a indiqué l'association citoyenne. "Depuis le début de la procédure du projet de la Boucle du Hainaut, Elia a évité au maximum de rencontrer la population concernée", estime ReVolht dans un communiqué. "Aujourd'hui, sous la pression politique, Elia fait enfin un petit pas vers la population en souhaitant rencontrer le collectif citoyen."

L'ASBL ne veut toutefois pas d'une réunion de complaisance et entend fixer ses propres conditions. Selon ReVolht, Elia proposait de rencontrer quatre personnes de l'ASBL mais ce "comité restreint" ne plaît guère à ReVolht "parce que les 14 communes concernées n'ont pu bénéficier des rencontres citoyennes promises", souligne l'association. Celle-ci ajoute que "les conseils communaux des 14 communes ont tous émis un avis négatif" et que "de nombreux collectifs citoyens ont émergé dans ces communes."

ReVolht a donc demandé que la rencontre se passe en présence d'un représentant de chacune des 14 communes concernées. L'ASBL souhaite également que l'ordre du jour de cette réunion soit revu et que plusieurs volets du dossier soient abordés, dont la présentation du projet déposé par Elia à l'Administration wallonne le 6 janvier 2021, un exposé des éléments pris en considération dans les 22.000 courriers envoyés par les citoyens et la présentation des alternatives envisagées à ce jour par Elia au 100% aérien. Dans l'attente d'une réponse d'Elia, aucune date n'a encore été fixée pour cette rencontre.

La Boucle du Hainaut" est présentée comme la réalisation, à l'horizon 2028, du "chaînon manquant" dans le transport l'électricité à travers la province. La future nouvelle ligne à 380 kV s'étirerait sur 84,8 kilomètres, le parcours envisagé courant entre le poste à haute tension d'Avelgem et celui de Courcelles, via 14 communes hainuyères.