Les réunions se poursuivent dans le cadre du projet de Boucle du Hainaut. Ce lundi, les bourgmestres des communes concernées ont rencontré la ministre wallonne en charge de l’environnement, Céline Tellier (Ecolo) et le collectif citoyen Revolht afin d’aborder la question des champs électromagnétiques.

La ministre de l’environnement s’était engagée à faire mener une étude scientifique sur les impacts des champs électromagnétiques sur l’environnement, la santé et la biodiversité. Cette dernière a été réalisée par le centre de recherche en santé environnementale et en santé du travail de l’Université Libre de Bruxelles et a pu être présentée succinctement ce lundi aux bourgmestres et représentants de 14 communes impactées par le projet.

Cette étude comporte deux volets : une revue de la littérature scientifique existante et une revue des législations au niveau européen et internationaux. Elle n’est donc pas directement liée au projet de la Boucle du Hainaut et offre un spectre plus généraliste. Une présentation de l’étude par l’équipe scientifique elle-même sera organisée très prochainement afin d’exposer de manière complète les résultats.

"Nous devons travailler en bonne intelligence et objectiver la situation", souligne Céline Tellier. "Si la décision est prise d’avancer dans le processus de la Boucle du Hainaut, je veux que cela se fasse en intégrant les risques tant pour la santé que pour l’environnement. L’étude scientifique d’impact étant clôturée, je souhaite désormais engager le travail au niveau législatif pour encadrer les projets d’installation de lignes à haute tension, en tenant compte des études scientifiques, afin de protéger la santé des personnes, des animaux et l’environnement."

D’ici la fin de l’année, l’ISSEP (l’Institut Scientifique de Service Public) présentera par ailleurs à la ministre les résultats de ses travaux sur l’électrohypersensibilité. En outre, des campagnes de mesures de l’exposition réelle du public aux champs électromagnétiques seront organisées par l’ISSEP, permettant de tenir compte des expositions éventuellement cumulées. Les démarches se multiplient donc afin d’évaluer les éventuelles répercussions du projet.

Pour rappel, le projet de la Boucle du Hainaut consiste en la réalisation par Elia d'une nouvelle ligne à haute tension aérienne de 380 kV de 84km de long, entre Avelgem et Courcelles et traversant 14 communes du Hainaut. La première étape à franchir dans le cadre de ce projet est la révision du plan de secteur, compétence qui relève de la compétence exclusive du ministre wallon de l’Aménagement du territoire, Willy Borsus (MR).