De passage au Festival de Mons, l'acteur a adressé un message aux jeunes descendus dans la rue.

Bouli Lanners était de passage au Festival de Mons pour présenter C'est ça l'Amour. L'acteur ne crève pas l'écran seulement au cinéma. Sur les réseaux sociaux, il a également fait le buzz en secouant les politiques sur le défi climatique. Nous avons donc demandé à Bouli Lanners quel message il souhaitait adresser à ces jeunes qui descendent la rue dans plusieurs grandes villes du pays, dont Mons depuis la semaine dernière.

Que dites-vous à tous ces jeunes qui manifestent pour le climat ?

Je les soutiens à fond. Je suis tellement ému de voir que les jeunes descendent dans la rue. Il y a le germe d'une nouvelle conscientisation. Et c'est bien la seule chose qui me rassure. Car si on analyse tous les paramètres que l'on connaît, le ton ne peut pas être à l'optimisme. Donc, c'est formidable que les jeunes soient dans la rue et c'est déplorable que la classe politique ne les entende pas. Il y a une espèce de mépris par rapport à ce qu'ils font. Mais ces jeunes doivent savoir que tout le monde ne les méprise pas, loin de là.

Certains leur reprochent en effet d'avoir un smartphone ou de prendre l'avion pour partir en vacances. Les jeunes feraient-ils mieux de regagner pour de bon les bancs de l'école ?

Comment peut-on, à 15 ans, rejeter une société consumériste alors qu'on est encore dépendant de ses parents et qu'on vit dans un monde où on nous pousse toujours à consommer ? Personne n'est parfait, je ne le suis pas non plus. L'important, c'est d'avoir une conscience politique. Si cette conscience grandit, alors les comportements vont changer. Mais on ne peut pas tuer dans l’œuf les germes d'une conscientisation politique. On a assez reproché aux jeunes de ne pas avoir de conscience politique. Nous avons la preuve que c'est faux. Il y a une conscience qui n'est pas écoutée. Ça gêne certains adultes, car ça remet en question leur propre mode de vie. Quant aux politiques qui ne les écoutent pas, ils se disent que ce ne sont pas encore des électeurs et qu'avec le temps, ils seront rattrapés par la société et seront bien contents de consommer tout le monde. Ce sont des attaques méprisantes, ça m'énerve beaucoup.

D'où l'importance pour vous de leur envoyer tout votre soutien ?

C'est leur avenir. Nous sommes dans une situation exceptionnelle par rapport à l'évolution de l'humanité. Nous sommes à un stade jamais vécu. Ne pas écouter les jeunes, ou leur dire de manifester le mercredi après-midi ou le samedi matin pour qu'ils puissent continuer à aller aux cours, ça n'a pas de sens. Qu'est-ce que ça peut foutre qu'ils ratent 7 ou 8 journées de cours alors que leur avenir tout entier dépend de ce qui se décide maintenant ? Ce serait bien que la classe politique s'ouvre un petit peu. Tant qu'on est dans ce schéma consumériste, où le bonheur est associé à la masse de choses que l'on peut posséder, on n'arrivera jamais à changer nos comportements.