Depuis quelques semaines, un radar s'est installé au carrefour du Cheval Blanc, à Asquillies (Quévy). L'objectif étant essentiellement de faire ralentir les automobilistes qui circulent sur la N6 vers ou venant de la France. Il s'avère en effet que les lieux sont particulièrement accidentogènes. Deux personnes y ont d'ailleurs perdu la vie en 2019.

Suite à ces drames, la commune de Quévy a sollicité une réunion de la commission provinciale de sécurité routière afin de sécuriser davantage cet endroit où se trouve notamment une boite de nuit. Des mesures ont été convenues dans la foulée. Notamment sur l’organisation du stationnement pour la boîte de nuit et sur la surveillance policière, tant au niveau du maintien de l’ordre que des contrôles de vitesse.

C'est dans cette optique qu'un radar a été installé à cet endroit où la vitesse est limitée à 70 km/h. Mais l'installation d'un feu tricolore pourrait également s'ajouter à ce dispositif. La commission avait cependant convenu que des mesures de trafic seraient réalisées et qu’ensuite, une étude d’incidence examinerait cette opportunité.

"Les comptages concernant le carrefour, mais aussi le trafic passant par le village d’Asquillies étaient prévus au printemps de cette année 2020", détaille Valérie De Bue (MR), ministre wallonne en charge de la sécurité routière, interpellée sur le dossier par Jacqueline Galant (MR). "La crise sanitaire n’a pas permis de les réaliser pour donner une image réelle du trafic. Au vu de l’évolution de la crise et de ses impacts sur les déplacements, les comptages seront vraisemblablement effectués au printemps prochain."

Le projet n'est donc pas rangé aux oubliettes mais il faudra tout de même encore patienter quelques mois avant de peut-être voir arriver des feux tricolores à cet endroit.