C’est un chantier qui n’en finit plus et qui aura donné quelques cheveux blancs aux automobilistes. "Heureusement", les travaux entrepris depuis décembre 2018 sur l’autoroute E42-E19/A7 entre Obourg et Jemappes en direction de la France touchent enfin à leur fin. D’ici la fin de ce mois d’août, les manœuvres entreprises sur deux des trois ouvrages d’art seront en effet terminées. Restera alors à poursuivre le travail sur le pont surplombant les voies du chemin de fer.

"C’est bien sûr une bonne nouvelle de constater que nous pourrons terminer le travail entrepris sur les deux premiers ponts d’ici la fin du mois", explique Héloïse Winandy, porte-parole de la Sofico. "Malheureusement pour les automobilistes, il faudra continuer à prendre patience puisque le pont qui surplombe les voies du chemin de fer présente des dégradations plus conséquentes qu’attendues."

L’ensemble de la dalle de tablier et des prédalles supportant les voies vers Bruxelles devront être intégralement remplacées et non juste réparées. "Ce pont est au milieu du tronçon de trois kilomètres toujours concerné par les travaux. Nous avons donc décidé de ne pas bouger à la signalisation car cela n’aurait finalement pas changé grand-chose pour les usagers. La signalisation restera en l’état jusqu’à la fin définitive du chantier."

Et donc, la circulation reste donc bien réduite à deux voies dans chaque sens sur toute la zone de travaux, avec une vitesse limitée à 70 kilomètres/heure. Situation ubuesque et dommage collatéral pour les usagers venant de France qui, du coup, ne peuvent toujours pas sortir à l’échangeur Nimy-Maisières mais emprunter la sortie Obourg, où un demi-tour est aménagé dans la rue d’Obourg. Cependant, malgré cette déviation, une partie du charroi souhaitant se rendre sur Maisières, Jurbise, Ath, Casteau et Soignies descend dès lors à Mons... L’échangeur de Jemappes (R5) a quant à lui pu être totalement libéré à la mi-juillet. 

À ce stade, la Sofico espère toujours finaliser totalement ce colossal chantier d’ici la fin de cette année. "Le tablier est presque entièrement démoli et les prédalles doivent être réceptionnées fin septembre. Une fois posées, nous pourrons procéder aux opérations de ferraillage, à la coulée du béton et à la pose d’étanchéité. Le timing est plutôt favorable jusqu’ici mais nous sommes vraiment liés des conditions climatiques. Il faut qu’elles restent clémentes, notamment pour la pose d’étanchéité."

Pour rappel, le chantier vise à réhabiliter en profondeur l’autoroute entre Obourg et Jemappes. Cette portion n’avait en effet jamais fait l’objet de réhabilitation de cette ampleur depuis sa construction dans les années 70. Les travaux représentent un budget de près de 49 millions d’euros.