Samedi dernier, le rideau tombait sur la 37e édition du Festival International du Film de Mons, au Théâtre Royal de Mons. Nobody Has To Know, le dernier film de Bouli Lanners qui a annulé sa venue en dernière minute, clôturait une semaine dédiée à l'amour du cinéma sous toutes ses formes.

Et le cru 2022 gardera une saveur particulière pour Maxime Dieu, directeur du FIFM. "C'est une édition qui marque le véritable renouveau du festival. Il y a eu beaucoup de problèmes pour mener à bien les dernières éditions. Nous y étions parvenus, mais jamais avec l'ampleur, le programme et le nombre d'invités que nous avons atteint cette année et qui se rapproche de ce que nous avons envie de faire."

La 37e du FIFM restera une édition importante dans l'histoire du festival, "tant sur le plan des invités belges que des invités internationaux, qui démontre tant notre praticité que notre savoir-faire." Une centaine d'invités ont défilé, parmi lesquels des réalisateurs reconnus tels que Michael Radford en tant que président du jury, Abel Ferrara, Laurent Cantet...De quoi assoir la réputation du FIFM. "Les noms appellent les noms. Les gens verront que le festival est attractif, ce qui est toujours mieux pour la suite."

Au niveau de la programmation, celle-ci semble avoir trouvé son public. "Nous ne sommes que des passeurs, où un comité de sélection de huit personnes propose des films en espérant que ceux-ci trouveront un écho auprès d'un public, d'un jury...Nous avons eu de bons échos de la programmation et il est toujours intéressant que des films suscitent le débat." Un qui aura suscité l'adhésion, c'est le film suisse "Neighbours", qui a à la fois décroché le prix du jury international et le prix du regard citoyen. "Ce film a à la fois plus à un public professionnel qu'à un public amateur, ce qui veut dire quelque chose."

Quant à l'affluence, "on est satisfait. Il y a quelques semaines, on était un peu préoccupé en voyant que dans les salles de cinéma, ça ne reprenait pas comme ça aurait dû depuis la reprise. On ne savait pas dans quelle mesure le public allait venir. Au final, on est très satisfait de l'engagement du public tant à Imagix qu'au Plaza, dont la réouverture nous aide énormément.

La 37e édition à peine terminée, les regards sont déjà rivés sur la 38e, avec l'objectif de travailler dans la continuité et de stabiliser le festival afin d'en faire un événement "encore plus consistant, avec toujours plus d'invités qui peuvent intéresser le public", conclut Maxime Dieu.