La société espère pouvoir poursuivre le dialogue sereinement avec toutes les parties.

Ce mercredi matin, Clarebout Potatoes aurait dû présenter à l’ensemble des administrateurs de l’intercommunale IDEA son projet d’implantation d’une unité de production de frites surgelées. Mais mardi soir, la société avait préféré annuler sa venue, au grand damne des riverains qui attendaient de pieds fermes cette présentation.

Aujourd’hui, le groupe réagi et justifie son choix. « C’est avec beaucoup d’enthousiasme et de transparence que nous voulons répondre favorablement à votre invitation à venir présenter notre ambitieux projet », a-t-il écrit à l’attention de l’IDEA. « Cependant, nous avons appris la demande de débattre sur le maintien du droit de préférence et souhaitons laisser le conseil d’administration débattre avec sérénité sur ce fait. »

Et de préciser qu’une date antérieure pourrait être fixée afin de permettre la présentation du projet. « Cela nous permettra de vous présenter une image complète qui, également, répond aux attentes formulées ces derniers jours. » Et alors que les riverains et de nombreux élus (y compris Framerisois) font savoir qu’ils estiment le terrain convoité non-approprié à pareil projet, Clarebout persiste et signe.

« Nous sommes convaincus que l’emplacement proposé est absolument approprié, pas seulement en raison de sa situation idéale dans une région réputée pour la qualité de ses sols et son climat excellent pour la culture de la pomme de terre, mais également pour les terrains en eux-mêmes, occupant une position centrale dans le zoning industriel et offrant de nombreux atouts. Nous sommes toujours convaincus qu’on peut y développer le projet en respectant l’environnement et la population.»

L’étude d’incidence est désormais lancée. Un bureau d’étude agréé et indépendant a été désigné et une réunion d’information publique organisée. À l’issue de celle-ci, « les lettres obtenues ont été rassemblées et communiquées au bureau d’études, en demandant explicitement de les prendre au sérieux et de les examiner de manière approfondie. Notre souhait, en tant qu’entreprise, n’est pas différent à cet égard et nous soulignons que lors d’une réalisation d’un projet de pareille ampleur, nous avons tout intérêt à identifier tous les impacts possibles. »

L’étude prendra cependant du temps, précise encore l’entreprise. « Nous privilégions l’étude approfondie à l’étude rapide même si nous comprenons l’impatience des riverains et la pression exercée sur certaines personnes. » Et d’ajouter : « nous souhaitons poursuivre les discussions avec l’IDEA et l’ensemble des parties prenantes, dans un climat serein et constructif, dans l’intérêt de tous et en particulier des riverains. »

Ce mercredi en début d’après-midi, l’intercommunale annonçait que sa directrice générale, Caroline Descamps, avait été mandatée par le conseil d’administration pour rechercher, en concertation avec le groupe Clarebout, des sites alternatifs pour l’implantation de son unité de production. Par ailleurs, le CA a sollicité un deuxième avis juridique concernant la question du retrait du droit de préférence octroyé par ce même conseil en septembre 2018